• Accueil
  • > Recherche : toul eunuques

3 mars, 2018

Comment le maire Jean-Luc Rigaut participe activement à l’installation de l’Islam radical misogyne, antioccidental, antichrétien et antisioniste sur la commune d’Annecy

Classé dans : Politique,religion — islamineurope @ 15 h 42 min

Annecy, ville des Alpes dans le sud-est de la France, est un cas typique de processus d’islamisation engagé dans les villes de province subissant une immigration massive en provenance d’Afrique.

Une partie de la communauté musulmane de la ville d’Annecy sous le mandat du maire Jean-Luc Rigaut, est gangrenée depuis plusieurs années par les prédicateurs de l’Islam radical de l’association Salem, une organisation politique proche de la mouvance de la confrérie des Frères Musulmans.
Des prédicateurs tels Hassan Iquioussen, ou encore Abdallah Dliouah, l’imam de la Grande Mosquée de Valence, sont invités à donner des conférences dans le lieu de culte de l’association Salem, autorisé par la municipalité.

Hassan Iquioussen a par le passé tenu des propos ouvertement antisémites. Il rejette la mixité hommes/femmes, et veut construire des piscines non-mixtes pour les Musulmans.

-                          Comment le maire Jean-Luc Rigaut participe activement à l'installation de l'Islam radical misogyne, antioccidental, antichrétien et antisioniste sur la commune d'Annecy dans Politique 1520066341-mosquee-annecy-hassan-iquioussen

Le prédicateur misogyne, antioccidental, antichrétien et antisioniste Hassan Iquioussen invité à donner une conférence à la Mosquée de l’association Salem à Annecy le 10 juin 2016 (hard-copy)

Hassan Iquioussen est également un adepte des théories du complot, qu’il diffuse largement auprès des Fidèles Musulmans. Le 11 septembre 2001, les attentats de Londres, de Madrid, les attaques du terroriste Mohamed Merah, sont d’après lui organisés par l’Occident dans le seul but de nuire aux Musulmans.
D’après Iquioussen, François Hollande serait un exécutant des dirigeants israéliens, ayant reçu l’ordre d’assassiner les Palestiniens.
Négationniste, Hassan Iquioussen nie l’existence du génocide arménien. Il incite les Musulmans à se manifester et user de pressions politiques sur les élus pour abolir la loi interdisant le port du voile islamique à l’école.

Autre invité régulier de prestige de la Mosquée de l’association Salem d’Annecy, l’imam de la Mosquée de Valence, Abdallah Dliouah.

-                                  1520066341-mosquee-annecy-abdallah-dliouah Abdallah Dliouah dans religion

-                                  1520066341-mosquee-annecy-abdallah-dliouah-2 Anass Haddadi

-                                             1520068840-mosquee-annecy-abdallah-dliouah-salem-2 Annecy

L’imam antioccidental de la Mosquée de Valence Abdallah Dliouah (à droite), invité par l’imam Anass Haddadi (à gauche), à la Mosquée de l’association Salem de Meythet à Annecy, le 23 janvier 2016   (hard-copy)

-                                      1520068877-mosquee-annecy-mohammed-amin-al-husseini antisémitisme

L’imam antioccidentale et antisioniste Abdallah Dliouah de la Grande Mosquée de Valence, proche des Frères Musulmans, fait l’apologie sur sa page Facebook d’un haut dignitaire Musulman nazi de la Solution Finale, l’extermination des Juifs : « je suis Mohammed Amin Al-Husseini »

-                                    1520068877-mosquee-valence-viande-hallal-2 antisionisme

La laïcité vue par Abdallah Dliouah : les Musulmans vivant en France ne sont pas libres, ils sont oppressés par une société qui les dénigre et les méprise, car leurs enfants n’ont pas de viande hallal à la cantine. Stratégie politique assez classique des islamistes afin de souder la communauté musulmane contre une société intolérante et injuste.

Pour se faire une idée de l’idéologie islamique diffusée par Abdallah Dliouah devant ses Fidèles, ci-dessous un extrait d’une de ses conférences donnée pour l’association « Havre de Savoir », l’organisme politique de la confrérie des Frères musulmans sur la ville du Havre (conférence complète sur Youtube, à 01:09:52) :

« Les Musulmans ont toujours accepté les Juifs et les Chrétiens dans l’Histoire. Moi je le dis toujours aux Chrétiens et aux Juifs, il y en a qui disent : « Ah la religion musulmane ! Une religion belliqueuse, une religion qui s’est imposée par l’épée et par la force ! »
Je leur dis : « Vous êtes injuste, vraiment ». Les Chrétiens aujourd’hui disent « ah, la situation des Chrétiens en Orient, regardez comment les Chrétiens souffrent en Palestine à cause des Musulmans, en Irak, en Syrie, les Chrétiens de l’Orient. » Vous allez entendre ça tout le temps aujourd’hui. Et qui est responsable ? Ce sont les Musulmans. Je leur dis : « Si vous êtes un peu juste, uniquement, regardez l’Histoire.
L’Égypte est musulmane depuis quatorze siècles. Il y a des Coptes en Égypte depuis quatorze siècles. Ils sont aujourd’hui treize millions de Coptes. Est-ce qu vous croyez que si les Musulmans qui avaient la force, la domination, le pouvoir, si les Musulmans voulaient obliger les Coptes à devenir Musulmans, est-ce qu’ils n’auraient pas pu le faire ? Bien sûr qu’ils auraient pu le faire ! »
Je leur dis : « Regardez l’Espagne, juste à côté, ce pays a été gouverné par les Musulmans, plus de la moitié de la population était musulmane, ils vivaient avec les Chrétiens et les Juifs. Les Musulmans ont été destitués du pouvoir. Qu’est-ce qui s’est passé ? Toute la population musulmane, qu’est-ce qu’elle a subi ? Une partie de la population musulmane est partie au Maroc, en Algérie, tout ça, on connaît. Mais les autres, qui sont restés ? Des millions de personnes qui sont restées, que sont-elles devenues ? Des Chrétiens par la force, par la force.
Est-ce qu’il reste un seul Musulman, d’origine, Musulman depuis quelques siècles ? jamais. Les Espagnols, ce n’est que maintenant qu’ils découvrent la religion musulmane du fait de l’immigration. Je leur dis : « Regardez c’est l’Histoire qui parle ! Les Chrétiens sont Chrétiens en Égypte, en Syrie, les Juifs sont Juifs depuis des siècles et des siècles. Jamais les Musulmans ne les ont obligés à devenir Musulmans. Regardez l’Inquisition, en Espagne, regardez ce qui s’est passé quand les Chrétiens ont pris Jérusalem, les Croisades, regardez la différence ! »

[01:09:52]

Discours assez classique d’Abdallah Dliouah qui vante les bienfaits de la colonisation islamique en Europe et en Afrique du Nord, tout en dénigrant les Chrétiens qui n’auraient cesser de persécuter les Musulmans. Une terrible injustice.
D’après le prédicateur, les Musulmans seraient arrivés en Égypte et en Espagne en toute bienveillance, prêchant la tolérance et le vivre-ensemble.
La réalité est toute autre.
Les Coptes d’Égypte ont été attaqués par les envahisseurs Musulmans au nom du Jihad dès le début du VIIIème siècle, et soumis aux conversions forcées à l’Islam, des milliers d’Églises Coptes ont été transformées en Mosquées, à tel point… que les Coptes sont devenus aujourd’hui minoritaires dans leur propre pays !

En Espagne, les conquêtes islamiques se sont accompagnées de violences, pillages, destructions de villages et villes, réduction de population en esclavage, et ségrégation des communautés locales chrétiennes et juives vaincues soumises au statut juridique de dhimmi, des citoyens de seconde zone, aux droits inférieurs à ceux des Musulmans.
Si l’Islam est si pacifique et tolérant envers les minorités religieuses comme veut nous le faire croire Abdallah Dliouah, alors pourquoi la Grande Mosquée de Cordoue a-t-elle été construite en détruisant la Basilique et le monastère de Saint-Vincent, et pourquoi toutes les autres Églises de la cité furent-elles détruites ? Où est la tolérance en Islam, censée préserver les lieux de culte chrétiens ?

-                                                                         1520082789-mosquee-annecy-le-mythe-du-paradis-andalous charia

Dans son ouvrage « Le mythe du paradis andalou » (livre en anglais), l’universitaire espagnol Darío Fernández-Morera, documents historiques à l’appui, démonte le mythe de l’existence d’une Espagne tolérante, fraternelle dans laquelle Musulmans, Chrétiens et Juifs auraient vécu pacifiquement pendant des siècles sous la bienveillance des lois islamiques.

Extrait de l’ouvrage de Darío Fernández-Morera afin de donner un aperçu de la « tolérance islamique » :
« Dans la jurisprudence malékite, une esclave sexuelle achetée sur une place de marché, ou capturée dans un raid guerrier, ayant des rapports sexuels avec son maître, devient son esclave sexuelle, une « jariya » (ou djariya, une concubine).
Sous la dynastie Omeyyades, Al-Andalous est devenu un centre de commerce et d’échanges d’esclaves : jeunes femmes esclaves sexuelles, même quelquefois âgée de 11 ans, enfants mâles castrés pour devenir des eunuques dans les harems, enfants mâles capturés et entrainés dans des campements pour devenir des esclaves guerriers, enfants utilisés comme jouets sexuels par les puissants (comme le calife Abd-Al-Rahman III qui était « amoureux » d’un enfant Chrétien capturé nommé Pelayo : refusant les avances sexuelles du Calife, Pelayo a alors été torturé, martyrisé et tué), hommes utilisés comme serviteurs ou travailleurs pour tout usage concevable, les êtres humains de tout âge et race étaient achetés et vendus.

Le prix d’un esclave dépendait de son âge, de son sexe, de sa race, et de ses capacités. Les esclaves blanches, en particulier les blondes, souvent capturées dans des raids menés sur les terres chrétiennes, étaient les plus recherchées. En 912, pendant le règne de l’âge d’or du Califat Omeyyades de Cordoue, le prix d’un esclave mâle noir était de 200 dirhams (pièces) d’argent. Une fille noire de Nubie étaient vendue pour 300 dinars d’or. Une femme blanche sans éducation coûtait 1 000 dinars d’or. Une femme blanche capable de chanter, valait 14 000 dinars.
La cour du Calife Abd-Al-Rahman III comptait 3 750 esclaves, un harem de 6 300 femmes, et son armée incluait 13 750 esclaves guerriers. »
Darío Fernández-Morera, « Le mythe du paradis andalou » p158-159

L’Empire chrétien byzantin a été totalement démantelé par les ottomans lors des conquêtes islamiques, faisant des centaines de milliers de morts, et les milliers d’Églises ont toutes été transformées en Mosquées (à quelques exceptions près), dont la célèbre Basilique Sainte-Sophie de Constantinople (Istanbul), transformée en Mosquée après sa prise au XVème siècle, puis devenue musée depuis 1934 sous Attatürk.
Il s’agit là de l’anéantissant d’un patrimoine chrétien d’une valeur inestimable, la population turque vivant aujourd’hui sur les vestiges de l’Empire byzantin, devenue à 99% musulmane. Tout cela est évidemment passé sous silence par Abdallah Dliouah.

Abdallah Dliouah vante la tolérance légendaire des Musulmans envers la communauté juive, mais occulte intentionnellement le fait que tous les Juifs ont été expulsés des pays musulmans, Algérie, Libye, Égypte, Irak, Syrie, Yémen, seule subsiste en Tunisie sur l’île de Djerba, une communauté juive d’environ 1300 personnes (soit 0,01% de la population tunisienne !), et une petite minorité au Maroc (3 500 personnes) servant de faire-valoir à la tolérance religieuse de ce pays devant la communauté internationale.
Les pays musulmans ont en fait réalisé le projet politique de Hitler, rendre leur pays Judenrein (épuré des Juifs). On est donc là bien loin de ce qu’essaie de faire croire Abdallah Dliouah dans sa propagande politique mensongère.

L’association islamiste Salem est proche de « Nouvel Avenir », l’autre principale association musulmane de la ville d’Annecy, elles s’organisent ensemble et s’entraident depuis quelques années pour financer le projet de construction d’un nouveau lieu de culte déjà bien avancé, la Grande Mosquée cathédrale Emir Abdel-Kader, sous la bienveillance du maire de la ville Jean-Luc Rigaut.
Article sur le site de la Mosquée de Salem (hard-copy).

-                                      1520066368-mosquee-annecy-salem-nouvel-avenir christianophobie

-                                              1520066356-mosquee-annecy-salem-nouvel-avenir-2 Coran

Chaque année, les associations islamique Salem et « Nouvel Avenir » s’associent pour récolter des fonds afin de construire la Nouvelle Grande Mosquée Abd-el-Kader. (hard-copy)


La symbolique est forte, marquant le renoncement de l’identité et de la culture chrétienne et de ses valeurs millénaires remplacées par le dogme islamique : c’est le diocèse catholique d’Annecy qui a offert gracieusement en 2005 le terrain pour que les Musulmans de l’association « Nouvel Avenir » puissent construire leur nouvelle immense Mosquée cathédrale !

-                                       1520066341-mosquee-annecy-mosquee Frères Musulmans

Les travaux de la future Grande Mosquée Abd-el-Kader d’Annecy bientôt finalisés avec le parrainage du maire Jean-Luc Rigaut. Hassan Iquioussen et Abdallah Dliouah viendront-ils aussi endoctriner les Musulmans de l’association « Nouvel Avenir » ?

Le soutien du maire Jean-Luc Rigaut est, à ce titre, chaleureusement salué. L’homme « courageux », en fonction depuis 2007, a systématiquement accordé tous les permis de construire.
Chaque vendredi, celui-ci est en effet fréquenté par environ mille hommes et femmes. La mosquée Emir Abdel-Kader d’Annecy organise des visites guidées, comme le dimanche 3 décembre 2017.

-                          1520066341-mosquee-annecy-musulmans Hassan Iquioussen

Musulmans en prière dans les locaux provisoires avant d’intégrer la future Grande Mosquée Émir Abd-el-Kader de Annecy

Il est inquiétant de constater que non seulement les responsables de la municipalité de la ville d’Annecy n’ont pris aucune mesure contre la venue de prédicateurs fondamentalistes de l’Islam radical misogyne, antioccidental, antichrétien et antisioniste de l’association Salem, tels que Hassan Iquioussen  et Abdallah Dliouah sur la ville d’Annecy, mais en plus, le maire Jean-Luc Rigaut s’associe à cette implantation !

Une centaine de riverains s’étaient mobilisés depuis plusieurs années pour contrer l’arrivée de l’édifice islamique.
Aussi incroyable que cela puisse paraître, le Tribunal de Grande Instance d’Annecy a condamné le lundi 19 septembre 2016, l’association des riverains qui voulaient suspendre en référé les travaux de construction de la nouvelle Mosquée, à payer une amende de 12 000 euros !

Si la municipalité est incapable de contrôler la venue de prédicateurs fondamentalistes, quelle garantie que des imams tels Hassan Iquioussen, Abdallah Dliouah, ou d’autres prédicateurs de la confrérie des Frères Musulmans ne viennent prêcher dans la nouvelle Grande Mosquée de l’Emir Abdel-Kader, dont les responsables sont proches de l’association Salem ? Au nom du principe de précaution ne faudrait-il pas rediscuter la construction de ce lieu de culte ?

-                                   1520068840-mosquee-annecy-jean-luc-rigaut imam

« Dans l’équilibre des cultes à Annecy, qui malgré tout fonctionne plutôt bien, les rencontres intercultuelles se sont multipliées avec les différentes communautés musulmanes, turques, Nouvel Avenir et Salem, la troisième communauté qui est installée sur le territoire de Meythet actuellement, qui se retrouvent ensemble pour les grandes occasions, avec la communauté catholique, la communauté juive, la communauté protestante. »
Allocution du maire Jean-Luc Rigaut pendant le conseil municipal d’Annecy du 11 mai 2015

« Il y a une prise en compte aujourd’hui de la nécessité surtout d’avoir un lieu de culte digne pour la religion musulmane dans une ville comme Annecy, une agglomération comme la nôtre, qui dans le respect de la laïcité et de ce que je représente comme maire, comme équilibre des cultes, une nécessité. »

Jean-Luc Rigaut, le maire d’Annecy, est responsable de la mise en place de l’Islam radical avec l’association Salem, et collabore à la construction d’une nouvelle grande Mosquée. Hassan Iquioussen, Abdallah Dliouah viendront-ils précher leurs sermons dans la future Mosquée Emir Abdel-Kader, contre les valeur occidentales et en faveur de l’avènement d’une société islamique sous la charia ?

12 février, 2017

Sermon de Malika Dif à la Grande Mosquée de Toul : « Pour les femmes Musulmanes, interdiction formelle d’épouser un non-Musulman »

Classé dans : Politique,religion — islamineurope @ 9 h 44 min

Conséquence de l’immigration extra-européenne, les réseaux islamistes se sont fortement implantés depuis quelques années dans l’est de la France, et continuent de s’étendre, en particulier sous l’influence de Amine Nejdi, le président marocain du Conseil Régional du Culte Musulman (CRCM) de la région Lorraine.
La Mosquée de Toul, petite ville de 16 000 habitants près de Nancy, constitue un des maillons de ce réseau islamiste, tout comme les villes de Pont-à-Mousson, Behren-lès-Forbach, Tomblaine-Nancy, Metz, Mulhouse, Strasbourg, Haguenau, entre autres, déjà analysées sur « Islam mine l’Europe ».

-                                                 Sermon de Malika Dif à la Grande Mosquée de Toul :
-                                                                              Fidèles Musulmans de la Mosquée de Toul

Avant de devenir imam de la Mosquée de Tomblaine-Nancy, Amine Nejdi était le prédicateur de la Mosquée de Toul.

Amine Nejdi considère sur son site internet officiel, qu’une femme qui ne porte pas de voile islamique incite à la perversion, une saleté qui attire les mouches. Il explique également que le combat armé contre les mécréants, le Jihad Islamique, est une nécessité contre les personnes hostiles à l’Islam.

-                                                            1541847400-mosquee-toul-amine-nejdi Alde Harmand dans religion

Amine Nejdi, imam de la Mosquée de Tomblaine-Nancy, conserve des liens étroits avec les responsables de la Mosquée de Toul. Le 28 janvier 2017, il y donnait une conférence.

Image de prévisualisation YouTube

« Revenir aux pages de l’Histoire, pour voir ce que l’Islam a donné à la France et à un autre pays que la France. Allez voir au Moyen-âge, l’époque des Lumières, comment l’époque des Lumières a été construite. C’était bel et bien grâce à l’apport de la civilisation andalouse musulmane. Cette civilisation qui reste jusqu’à maintenant, l’une des meilleures civilisations qui a montré ce qu’est la vraie tolérance, ce que c’est que la vraie Fraternité, ce qu’est le respect des croyances religieuses.
L’Islam, le Christianisme, le Judaïsme ont vécu pendant sept siècles durant, dans la paix en Andalousie sous l’égide de la législation musulmane. Chacun trouvait son compte, chacun trouvait sa liberté, aucun lieu de culte n’a été profané des autres religions. Allez demander aux Juifs Arabes, aux Chrétiens Arabes, qui vivent parmi les Musulmans depuis des siècles, est-ce que leurs droits sont bafoués ? Est-ce que leurs temples sont profanés ? Est-ce que leur cimetières sont gammés ? Et ils vous répondront qu’ils se sentent chez eux, qu’ils se sentent en protection avec l’Islam, parce que l’Islam n’est que la continuité des autres religions monothéistes. »

[21:15]
Conférence de Amine Nejdi sur « l’islamophobie, une menace pour la république », à la Mosquée de Toul le 21 août 2009.

La prédication de Amine Nejdi est un classique de la propagande islamiste donnée devant les Fidèles. L’Occident persécuterait les Musulmans, alors que les occidentaux leurs seraient redevables d’avoir créé une civilisation universelle tolérante et fraternelle islamique ayant germé en Andalousie sous les califats arabo-musulmans, et imprégné ensuite toute l’Europe Occidentale en léguant généreusement un savoir philosophique et scientifique exceptionnel, favorisant le rayonnement culturel de l’Europe des Lumières.
Dans les pays musulmans, les Chrétiens et les Juifs vivraient harmonieusement sous la protection des lois islamiques depuis des siècles.

Amine Nejdi suggère et distille ainsi dans l’inconscient collectif des Musulmans, une forme de frustration, d’injustice. Les Musulmans seraient aujourd’hui opprimés et persécutés par ceux auxquels ils auraient transmis un immense héritage.
Cette légende répandue dans les milieux islamistes, ainsi que dans les universités françaises et européennes, est largement démentie par les faits historiques.

-                                                                   1541847460-mosquee-toul-le-mythe-du-paradis-andalous Amine Nejdi

Dans son ouvrage « Le mythe du paradis andalou » (livre en anglais), l’universitaire espagnol Darío Fernández-Morera, documents historiques à l’appui, démonte le mythe de l’existence d’une Espagne tolérante, fraternelle dans laquelle Musulmans, Chrétiens et Juifs auraient vécu pacifiquement pendant des siècles sous la bienveillance des lois islamiques.

Extrait de l’ouvrage de Darío Fernández-Morera afin de donner un aperçu de la « tolérance islamique » :
« Dans la jurisprudence malékite, une esclave sexuelle achetée sur une place de marché, ou capturée dans un raid guerrier, ayant des rapports sexuels avec son maître, devient son esclave sexuelle, une « jariya » (ou djariya, une concubine).
Sous la dynastie Omeyyades, Al-Andalous est devenu un centre de commerce et d’échanges d’esclaves : jeunes femmes esclaves sexuelles, même quelquefois âgée de 11 ans, enfants mâles castrés pour devenir des eunuques dans les harems, enfants mâles capturés et entrainés dans des campements pour devenir des esclaves guerriers, enfants utilisés comme jouets sexuels par les puissants (comme le calife Abd-Al-Rahman III qui était « amoureux » d’un enfant Chrétien capturé nommé Pelayo : refusant les avances sexuelles du Calife, Pelayo a alors été torturé, martyrisé et tué), hommes utilisés comme serviteurs ou travailleurs pour tout usage concevable, les êtres humains de tout âge et race étaient achetés et vendus.

Le prix d’un esclave dépendait de son âge, de son sexe, de sa race, et de ses capacités. Les esclaves blanches, en particulier les blondes, souvent capturées dans des raids menés sur les terres chrétiennes, étaient les plus recherchées. En 912, pendant le règne de l’âge d’or du Califat Omeyyades de Cordoue, le prix d’un esclave mâle noir était de 200 dirhams (pièces) d’argent. Une fille noire de Nubie étaient vendue pour 300 dinars d’or. Une femme blanche sans éducation coûtait 1 000 dinars d’or. Une femme blanche capable de chanter, valait 14 000 dinars.
La cour du Calife Abd-Al-Rahman III comptait 3 750 esclaves, un harem de 6 300 femmes, et son armée incluait 13 750 esclaves guerriers. »
Darío Fernández-Morera, « Le mythe du paradis andalou » p158-159

Les conquérants jihadistes Musulmans qui ont envahi l’Espagne de 711 à 1492, ont provoqué pendant des siècles guerres entre factions rivales pour la conquête du pouvoir, conflits ethniques et religieux, destruction de villages, d’Églises et de Synagogues, persécutions et réduction en esclavage des populations locales chrétiennes et juives.
A l’image de Al-Andalous, dans les pays musulmans, les Chrétiens et les Juifs subissent une extinction inexorable, par l’interdiction de construction de nouveaux lieux de culte, les brimades et les persécutions. Au Maroc, les Chrétiens ne représentent plus qu’une population de 8 000 personnes, et il n’y a plus que 4 000 Juifs. 99,9% de la population marocaine est musulmane, autant dire que la présence du Christianisme et du Judaïsme est maintenant anecdotique. Tout comme en Algérie, où la communauté chrétienne est devenue pratiquement inexistante (0,2% de la population algérienne), le simple fait de posséder une Bible peut être passible de poursuites judiciaires.

Nous sommes bien loin de la rhétorique déployée par Amine Nejdi décrivant un monde musulman pacifique et tolérant.

Image de prévisualisation YouTube

« Les Juifs n’ont pas cru ni à ce qui leur a été révélé, ni au Prophète Mohammed, lorsqu’il ne leur restait plus aucun argument auquel ils puissent se tenir, ils ont voulu ruser et tromper le Prophète. Encore une fois, la méthode des Juifs a toujours été celle-là dans l’Histoire, lorsqu’ils sont au pied du mur, ils emploient la ruse. »
Sermon du prédicateur Farid Al Ansari.

-                                                                 1541847400-mosquee-tomblaine-nancy-farid-al-ansari Anouar Kbibech

Le prédicateur antisémite marocain Farid Al Ansari (à gauche), invité par Amine Nejdi (à droite) à la Mosquée de Toul en mars 2007 (hard-copy)

-                                                 1541847400-mosquee-toul-amine-nejdi-anouar-kbibech antisémitisme

Le président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) Anouar Kbibech (en cravate), invité par Amine Nejdi en janvier 2016 à la Mosquée de Tomblaine-Nancy. Deux des figures les plus emblématiques du réseau islamiste misogyne et antioccidental marocain en France.

 

-                                             1541847468-mosquee-toul-hassan-iquioussen antisionisme

Le prédicateur misogyne, antioccidental et antisioniste Hassan Iquioussen figure en vedette sur une pleine page du site officiel de la Mosquée de Toul. Il y a donné une conférence le 1er mai 2010 (hard-copy).

Hassan Iquioussen, a par le passé tenu des propos ouvertement antisémites. Il diffuse aux Fidèles Musulmans dans ses conférences données dans plusieurs Mosquées de France, une propagande politique antioccidentale, antisioniste et antiaméricaine. il refuse la mixité sociale homme/femme, et nie le génocide arménien, Hassan Iquioussen est une référence théologique pour les responsables de la Mosquée de Toul.

Les responsables de la Mosquée de Toul ont également des relations avec Malika Dif, une convertie à l’Islam qui arpente les associations islamiques depuis plus d’une trentaine d’années pour donner des conseils aux femmes Musulmanes afin de bien les éduquer. Ses fréquentations sont proches de la frange de l’Islam radical, de l’organisation politique des Frères Musulmans en particulier.

-                                                    1541847453-mosquee-toul-malika-dif-2 charia

Malika Dif a donné une conférence à la Mosquée El Kaouthar de l’Union des Musulmans de Rouen (UMR) en 2010 (hard-copy). Ce lieu de culte a déjà reçu le prédicateur antisémite Hani Ramadan, ou encore l’imam Mahmoud Doua, deux pontes de l’organisation politique antioccidentale des Frères Musulmans en France (UOIF).
Hani Ramadan compare par exemple les Juifs à des « serpents, une race de vipères » dans une conférence donnée à Bruxelles le 1er mai 2004.
Malgré cela, le maire socialiste Yvon Robert est pourtant prêt à donner son accord pour l’agrandissement de la Mosquée El Kaouthar de Rouen.

Pour se faire une opinion de l’idéologie véhiculée par Malika Dif, extrait d’une de ses conférences donnée à la Mosquée de Toul le 5 juin 2011.

« L’homme Musulman peut épouser une femme qui n’est pas Musulmane, à condition qu’elle soit croyante, Chrétienne ou Juive. »
[...]
« Par contre, une femme Musulmane n’a pas le droit d’épouser un non-Musulman, quel qu’il soit, croyant ou pas croyant. Interdiction formelle, c’est tout. Je n’entrerai pas dans les détails vous comprenez facilement pourquoi. Le mari est le chef de famille, la femme se trouve en état d’infériorité dans cette situation, et le mari va l’empêcher de pratiquer correctement, il va lui ramener à la maison de l’alcool dans son frigidaire, il va lui ramener des amis à lui avec qui il a été voir un match de foot ensuite ils vont boire quelques bières à la maison, et vont raconter des bêtises, ils ne vont pas forcément avoir du respect pour la femme, etc.
Problème de culture et de toute façon l’Islam a dit non, il y a un verset du Coran qui nous dit clairement les choses, et donc pour les femmes Musulmanes, interdiction formelle d’épouser un non-Musulman.

Et donc, les soeurs, faites comme si vous étiez en train de passer dans une avenue où il y a de belles toilettes dans les vitrines, et que vous n’avez pas un sou en poche. Et bien vous passez sans regarder. Je pense que vous avez compris ce que j’ai voulu dire. On ne s’attarde pas à regarder ce à quoi on n’a pas droit. »
[01:45:56]
« Quand on marche dans la rue, il y a les kiosques à journaux avec des femmes dénudées, il y a des publicités, il y a des personnes qui sont habillées de telle façon qu’elles en sont gênantes, etc… Baisser votre regard, cela veut dire que quand vous êtes dans un endroit, et que vous avez entrevu quelque chose de gênant, vous détournez le regard, et vous ne retournez pas pour regarder. Parce que le deuxième regard devient un péché, n’est-ce pas ? »
[01:49:56]
Sermon de Malika Dif à la Grande Mosquée de Toul sur « la place de la femme en Islam », le 5 juin 2011.

Malika Dif nous décrit une société islamique archaïque, légiférée par les lois coraniques. Le Musulman pratiquant peut épouser une femme Chrétienne ou Juive, mais la femme Musulmane ne peut pas épouser un Chrétien, ni un Juif !
En effet, la femme Musulmane est considérée comme plus faible et influençable, elle se doit de baisser les yeux devant les kiosques à journaux, et elle « n’a pas droit » aux belles toilettes.
Il s’agit là typiquement d’une propagande d’embrigadement des femmes Musulmanes qui se doivent de s’isoler dans la communauté musulmane et suivre ses principes, c’est-à-dire se couper du monde non-islamique, alors que le Musulman peut se permettre de fréquenter des femmes Juives ou Chrétiennes.

-                                               1541847400-mosquee-de-toul-dominique-potier chrétiens

Dominique Potier, député socialiste de Meurthe-et-Moselle, participe aux journées portes ouvertes de la Mosquée de Toul du 16 et 17 janvier 2016, offrant ainsi officiellement une légitimité aux islamistes fondamentalistes marocains du lieu de culte.

-                                    1541847400-mosquee-toul-alde-armand christianisme

Le maire socialiste Alde Harmand (au centre) en compagnie de l’imam de la Mosquée de Toul Nourddine Amzil (à droite) le 8 janvier 2015 après les attentats perpétrés contre Charlie Hebdo. Les commémorations figurent en bonne place dans la stratégie des islamistes pour endormir les élus de la République et imposer progressivement les lois coraniques aux masses musulmanes.

Notre si belle et si chère ... |
Allant-Vert |
rollendeau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Atmane MAZOUZ
| LANCER DJIBOUTI A SON DESTIN
| presidentomarelbechir