• Accueil
  • > Politique
  • > L’imam Hassen Bounamcha justifie le mariage forcé dans une conférence à la Grande Mosquée « l’Olivier » de Boulogne-Billancourt

11 février, 2013

L’imam Hassen Bounamcha justifie le mariage forcé dans une conférence à la Grande Mosquée « l’Olivier » de Boulogne-Billancourt

Classé dans : Politique,religion — islamineurope @ 1 h 07 min

Boulogne-Billancourt est une commune française des Hauts-de-Seine (92) en région Île-de-France, la plus peuplée des communes franciliennes après Paris.
Pôle économique majeur d’Île-de-France, la ville accueillait en 2006 une douzaine de milliers d’entreprises, ce qui la place au rang de deuxième parc francilien après Paris.
Le secteur industriel sous les effets dévastateurs de la crise économique disparaît peu à peu.
La communauté Musulmane est bien représentée dans la ville, sa principale association, le Centre Culturel et Cultuel Musulman de Boulogne-Billancourt (CCCMBB) est créée le 13 mars 1981. En 2007, cinq jours avant de quitter la mairie, le maire UMP Jean-Pierre Fourcade délivre le permis de construire un lieu de Culte. Un projet d’un coût total de 4,5 millions d’euros, la construction d’une Mosquée sur les sites désaffectés des usines Renault.
Devant les problèmes de financement rencontrés par les responsables du CCCMBB, l’Arabie Saoudite a apporté une aide, une ingérence dans les affaires françaises d’un état islamique qui exporte un islam particulièrement radical à travers le Monde, le wahhabisme.
Le complexe islamique finalisé est divisé en quatre niveaux pour une surface de 2000m². Le bâtiment mesure treize mètres de haut mais ne possède pas de minaret, abrite trois salles de prière d’une capacité totale de 1 400 personnes, une salle polyvalente, une bibliothèque, des salles de classe pour enseigner la juridiction islamique (fiqh).
La Mosquée est ouverte au public depuis le 1er avril 2011.

-   L'imam Hassen Bounamcha justifie le mariage forcé dans une conférence à la Grande Mosquée   725134MosqueBoulogneMusulmans Allah dans religion
-                        La Grande Mosquée de Boulogne-Billancourt         Jeunes Musulmans à l’étude dans le centre culturel de la Mosquée

Quel Islam est enseigné aux Musulmans dans les salles de cours et quel est le contenu des conférences données dans le lieu de culte ?

On peut s’en faire une idée précise en consultant le site officiel de la Grande Mosquée de « l’Olivier » de Boulogne-Billancourt en constatant que les responsables du CCCMBB invitent régulièrement des prédicateurs fondamentalistes.
On peut par exemple visionner en intégralité une conférence donnée par l’imam de la mosquée d’Aubervilliers Hassen Bounamcha, surnommé « l’ami Hassen », qui explique devant ses Fidèles à Aubervilliers, que la mixité sociale homme/femme est un vice, que la femme occidentale se comporte comme une femme sans honneur. Hassen Bounamcha tient également des propos à caractère homophobe.

-                                                             968184MosqueBoulogneBillancourtHassenBounamcha Aubervilliers
L’imam de la Mosquée d’Aubervilliers Hassen Bounamcha en conférence à la Mosquée de Boulogne-Billancourt : « Tu n’as pas le droit de tomber amoureuse »

Pour s’en faire une idée, un extrait de sa conférence donnée à la Mosquée de Boulogne-Billancourt en gras italique ci-dessous (hard-copy) : (également disponible sur youtube)
« Allah t’as déjà crée ton époux ou ton épouse.[...] La priorité, c’est de satisfaire Allah en passant par la satisfaction de tes parents, si ton père et ta mère disent non, alors tu ne l’épouses pas. « Ah oui ? Mais pourtant, je suis amoureuse ! » Tu as buggé parce que tu es tombée amoureuse avant d’avoir l’agrément d’Allah. Parce que tu n’as pas le droit de tomber amoureuse, l’Amour, il vient avant ou après ?
Une française dit : « Vous les Musulmans, vous les orientaux, souvent, vous épousez des filles que vous ne connaissez même pas. Vous allez au Bled, et vous emmenez une fille de là-bas que vous ne connaissez ni d’Eve, ni d’Adam. » Écoutez ce qu’a dit un ami à moi, un cheikh du Sri Lanka, il lui a dit : « Madame, c’est normal, nous c’est un peu différent de vous. Vous, vous commencez vos couples et vos mariages avec un grand Amour, un big love, mais tous les jours il rétrécit, il rétrécit, il rétrécit, et après il n’y a plus rien !

Alors que nous, on commence avec un tout petit Amour, et tous les jours il grandit, il grandit, il grandit, un big Love ! C’est comme ça les enfants que l’on commence notre vie, avec zéro Amour, avec que la raison. »
[...]
« Elle ne peut plus raisonner car les sentiments ont dépassé la raison. »

[04:11]
Hassen Bounamcha dit l « Ami Hassen », imam d’Aubervilliers en conférence à la Grande Mosquée de Boulogne-Billancourt – « le mariage en Islam » dernière partie

Pour l’imam Hassen Bounamcha, ce sont les parents qui décident, avec l’agrément d’Allah, qui leurs enfants devront épouser. Un Musulman ou une Musulmane, n’ont pas le droit de tomber amoureux, les sentiments ne doivent pas prévaloir sur la raison, le choix du conjoint n’appartient qu’aux parents.

Sous son air débonnaire, l’imam fixe, en s’appuyant sur la religion, une limite dans l’inconscient collectif des Musulmans qui l’écoutent, une restriction de leur Liberté. Une véritable apologie du mariage forcé et communautaire.
Pour justifier ses propos, Hassen Bounamcha évoque l’échec du mariage à l’occidentale. Les couples occidentaux sont des insouciants, ils tombent amoureux sur un coup de foudre « un big love », puis au fil du temps, leur amour disparaît, alors que dans un couple Musulman, l’Amour inexistant au départ, ne fait que se renforcer.
Une vision binaire, terriblement pauvre, réductrice et archaïque de la vie de couple et de la société.

Ce type de conférence, dictant la négation de la liberté d’aimer, de trouver son conjoint et celui qui lui plaît par soi-même, est-il en accord avec les principes de la République Française de Liberté, Égalité et de Fraternité ? Ne risque-t-il pas d’induire chez les Fidèles Musulmans de Boulogne-Billancourt, des cas de conscience, générant des conflits familiaux, résultant du gouffre séparant la conception de la société islamique de celle de la société occidentale ?

 

Le prédicateur et imam de la Mosquée du Bourget, Nader Abou Anas est également un invité prestigieux reçu à la Mosquée de Boulogne-Billancourt.
Dans l’idéologie islamique de Nader Abou Anas, on peut par exemple apprendre sur son site internet http://dourous.net, que la musique est « la voix de Satan » et que la fête de la Saint-Valentin est une perversion du monde occidental.

-                                                             665474MosqueBoulogneNaderAbouAnas2 Boulogne-Billancourt
L’imam de la Mosquée du Bourget Nader Abou Anas, en conférence à la Grande Mosquée de Boulogne-Billancourt :  « ne suivez pas les Juifs et les Chrétiens dans tout, on a notre identité », « ne vous affligez pas, alors que vous êtes les Supérieurs »

Un extrait de sa conférence donnée à la Mosquée de Boulogne-Billancourt en décembre 2011, « une mise au point ! », également disponible au format mp3 sur son site http://dourous.net (hard-copy)
« D’autres, leur soucis, c’est la musique, matin, midi et soir il n’a que ça, et dès qu’il n’est pas bien, il met de la musique, quand il est bien il met de la musique. Il n’a que ça dans la tête. Il pense, que quand il est mal, la musique le tranquillise. T’as rien compris. La musique, c’est la parole de Satan, comment veux-tu que ça te tranquillise ? »
[13:15]
« Ce qu’il faut faire aujourd’hui c’est garder son identité, appeler les gens à l’Islam et ne pas suivre n’importe qui, on n’est pas perdu, on a un modèle : Allah a dit : « Vous avez en votre Prophète un Parfait exemple à suivre ». Voilà notre modèle, c’est lui, c’est le Prophète. Mais non, aujourd’hui, il veut suivre un tel et un tel pour s’intégrer. Pour être à la page, pour ne pas qu’on dise : « Sérieux, tu ne connais pas ? Mais t’es un débarqué ! Tu viens d’où ? » Alors, pour s’intégrer, il délaisse ses principes et son identité. 24 décembre, va voir ce qu’il fait. Va voir Fatima, Khadidja, Maryam, des filles de notre communauté ce qu’elles ont fait la nuit du 24, va voir. Et va voir le 31 décembre à quoi il va ressembler.
Et regarde quels noms et quels types de personnes seront là-bas. Des Musulmans. Beaucoup de Musulmans. Pourquoi ? Parce qu’ils ne sont pas fiers d’être Musulmans. Pourquoi, parce qu’ils ne connaissent pas leur Religion. Le Prophète nous a alerté il y a plus de 1400 ans : « Vous suivrez certainement les pas de ceux qui vont ont précédés. coudées par coudées, même s’ils entraient dans le trou d’un lézard vous les suivriez. » Ils dirent : « Les Juifs et les Chrétiens, Messager d’Allah ? Et il répondit : « Et qui donc ? ».

C’est une réalité. Un rappel à ne pas suivre les Juifs et les Chrétiens dans tout, on a notre identité. Eux ils ont leur identité, et ils ne nous suivent pas dans nos fêtes, pourquoi est-ce qu’on doit les suivre dans leurs fêtes, pourquoi ? »
[38:40]
« Allah a dit : « Ne vous laissez pas battre, ne vous affligez pas alors que vous êtes les Supérieurs », Allah dit que vous êtes les Supérieurs, pourquoi est-ce que tu te rabaisses ? »
[41:08]

Pour l’imam Nader Abou Anas, fréquenter et fraterniser avec les Juifs et les Chrétiens est incompatible avec les préceptes islamiques. Les Musulmans ne sont pas libres de leurs actes, et ils devront répondre devant Allah leur Créateur pour leur mauvais comportement : ceux qui fêtent Noël ou la Saint-Sylvestre sont à condamner sans réserve, des lâches qui « ne sont pas fiers d’être Musulman ».
Les Musulmans n’ont pas à suivre ces gens là, ils ne doivent pas s’intégrer car ils sont « les Supérieurs », ne pas être influencés parce ceux qui cherchent à les détourner de l’Islam en se perdant dans la musique, la joie, les festivités, des perversions du monde Occidental, interdites dans le dogme islamique.

Pensez-vous que ces prédications sont un appel à l’Humilité, à l’Amour et à la Fraternité entre communautés ? La Grande Mosquée de l’Olivier de Boulogne-Billancourt favorise-t-elle l’intégration de la jeunesse Musulmane dans la société ?

 

Le 9, 16 et 23 décembre 2012, le Frère Sofiane est venu initier les Musulmans de Boulogne-Billancourt au rite malékite par l’apprentissage de la Risâla de Ibn Abû Zayd Al Qayrawana. (hard-copy)
Le malékisme est une des quatre écoles classiques du droit musulman sunnite. Il est fondé sur l’enseignement de l’imam Mālik ibn Anas (711 – 795), théologien et législateur qui vécut à Médine.
Il s’agit d’une doctrine particulièrement radicale, puisque qu’elle contient dans son dogme un système islamique totalitaire complet sur tous les aspects de la vie de la société Musulmane, politique, sociale, législative, économique, et juridique, incompatibles avec les fondements de la République Française, comme on va l’analyser un peu plus loin.
Pour plus d’informations sur le rite malékite, on peut se rapporter par exemple à l’ouvrage de Joachim Véliocas « L’islamisation de la France » – « Le malékisme, l’Islam du Maghreb » (p75-p91)

Ibn Abû Zayd Al Qayrawana (922 – 996) fut un des principaux adeptes et propagateurs de la doctrine malékite. Surnommé « le petit Malik », ses textes fondamentaux figurent officiellement au programme des écoles de pays du Maghreb, par exemple au Maroc (hard-copy), en Égypte (hard-copy), ou en Tunisie (grande Mosquée de Kairouan)

-                   828961MosqueBoulogneRisala2 Bourget  663838larisaladogmeetfiqhmalikitebnabuzaydalqayrawani charia
Enseignement du Malékisme, la Risâla de Ibn Abû Zayd Al Qayrawana, à la Grande Mosquée de Boulogne-Billancourt

Il est tout à fait inquiétant de s’apercevoir que cette doctrine fondamentaliste soit enseignée dans les mosquées françaises.
Pour avoir un aperçu des écrits de la Risâla de Ibn Abû Zayd Al Qayrawana enseigné à la Grande Mosquée de Boulogne-Billancourt, quelques extraits de son ouvrage : « La Risala, un traité de Fiqh malékite », une traduction anglaise disponible sur ce lien. On peut également trouver une copie d’écran d’une page de l’ouvrage en français sur le site de l’observatoire de l’islamisation, que l’on peut emprunter à l’Institut du Monde Arabe.

« Il n’est pas licite de faire couler le sang d’un Musulman sauf s’il commet l’apostasie, s’il commet l’adultère, ou s’il tue une personne sans raison, ou s’il devient hors-la-loi, ou s’il renonce à la Foi. »

« Il n’est pas licite pour un Musulman d’écouter intentionnellement des sons amoraux, ni d’écouter le discours d’une femme illicite, ni de participer à des amusement ou écouter des chansons. »

ADULTÈRE
Si un musulman marié commet l’adultère ou la fornication, il doit être lapidé jusqu’à la mort.

HOMOSEXUALITÉ
Si un homme commet un acte de sodomie avec un autre adulte consentant, alors les deux doivent être lapidés jusqu’à la mort, qu’ils soient mariés ou non.

LE JIHAD : SA SIGNIFICATION
Il s’agit d’un terme technique destiné aux Musulmans leur demandant de combattre les Infidèles qui n’ont pas l’intention d’élever le nom d’Allah ou de présenter l’Islam.

Les obligations du Jihad :
1) quand le chef recommande une direction particulière au combat, il faut lui obéir.
2) Ghulul doit être abandonné : cela signifie s’emparer du butin avant qu’il ne soit divisé
3) l’Infidèle doit pouvoir bénéficier d’un passe-droit, s’il est détenteur de ce passe-droit, il n’est plus permis de le tuer sans raison
4) Il ne faut jamais fuir quand nos chance de vaincre sont à deux contre un. Il faut garder une position ferme

Le Jihad est divisé en deux catégories :
L’obligation individuelle et l’obligation générale.
Quand il devient nécessaire de l’appliquer, il ne peut être opposé. L’obligation de faire de Jihad est vrai également pour ceux qui d’habitude ne peuvent combattre, comme les femmes, les esclaves et les enfants, si l’endroit où ils habitent est soudainement attaqué.

Comment et quand le Jihad devient obligatoire
Le Jihad est une obligation qui peut être pris en charge par certaines des personnes pour le compte d’autrui.
Par les mots du Tout-Puissant: « Ces croyants qui ne combattent pas, autres que ceux qui sont contraints par nécessité, ne sont pas les mêmes que ceux qui font le Jihad dans le sentier d’Allah « (4:95)
Allah a promis à ces personnes le Jardin (paradis).

Inviter les gens à l’Islam d’abord
Et il est préférable, selon nous, de ne pas combattre l’ennemi avant de l’avoir invité à embrasser l’Islam, sauf s’ils attaquent les premiers.
Les malékites préfèrent que chaque groupe soit appelé à abandonner leur incrédulité pour épouser la Shahada dont le contenu n’est pas prescrit.
Durant trois jours, pour convaincre les Infidèles, le Message du Prophète est répété sans interruption sauf si les ennemis attaquent les premiers, il devient alors obligatoire de les combattre.

Offrir le choix entre l’Islam et la Jyzia
Ils doivent soit accepter l’Islam, soit payer la Jyzia (taxe sur les non-musulmans), sinon, ils doivent être combattus.
Le texte explique que le choix est proposé en même temps, S’ils acceptent une des deux propositions, les charges contre eux sont abandonnées. Si ils les refusent, ils doivent être combattus. Al-Jawhar suggère que l’appel à l’Islam est proposé en premier, s’ils refusent, la proposition de  la Jyzia est proposée en second, s’ils refusent, alors ils doivent être combattus. Tout cela, s’il y a un délai de temps suffisant, et s’ils n’attaquent pas les premiers, ils doivent alors être combattus sans conditions.

Où la Jyzia est acceptable
La Jyzia n’est accceptable que dans les territoires soumis à nos Lois. La juridiction ne doit être imposée que si les ennemis sont sur notre territoire.
S’ils ne l’acceptent pas, ils doivent être combattus.
Umar nous dit que cette précondition n’est valable que pour les peuples puissants. Pour les peuples qui veulent une trêve, la Jyzia doit leur être imposée où qu’ils se trouvent, afin qu’ils achètent leur Paix pour eux et leur pays.

Fuir l’ennemi n’est pas autorisé
Fuir l’ennemi est une erreur majeure si leur nombre est moins du double des Musulmans.

La lapidation, le meurtre des personnes commettant l’adultère et des apostats, le Jihad, la Guerre Sainte contre les Infidèles, font intégralement partie de cette législation islamique, bien entendu, en infraction totale avec les concepts de la société occidentale.
La doctrine malékite de Ibn Abû Zayd Al Qayrawana, servant de référence au prêcheur Sofiane, et censée prendre sa source de la Sunna (comportement) du Prophète Mohamed, guide et modèle de tous les Musulmans, ne risque-t-elle pas d’induire des comportements et des actes dangereux et interdits par la législation française, pour les plus fragiles d’entre eux ?

-                                                                           588029MosqueBoulogneBillancourtJeanPierreFourcademaireUMP chrétiens

« J’avais approuvé un projet d’immeuble pour accueillir la communauté Musulmane quand j’étais maire, le principe, c’est que la commune met à disposition le terrain contre un loyer symbolique. Reste le problème du financement. »
Jean-Pierre Fourcade, ex-maire UMP de Boulogne-Billancourt, en septembre 2009, (a délivré le permis de construire de la Grande Mosquée de Boulogne-Billancourt)

Laisser un commentaire

Notre si belle et si chère ... |
Allant-Vert |
rollendeau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Atmane MAZOUZ
| LANCER DJIBOUTI A SON DESTIN
| presidentomarelbechir