• Accueil
  • > Archives pour février 2013

11 février, 2013

L’imam Hassen Bounamcha justifie le mariage forcé dans une conférence à la Grande Mosquée « l’Olivier » de Boulogne-Billancourt

Classé dans : Politique,religion — islamineurope @ 1 h 07 min

Boulogne-Billancourt est une commune française des Hauts-de-Seine (92) en région Île-de-France, la plus peuplée des communes franciliennes après Paris.
Pôle économique majeur d’Île-de-France, la ville accueillait en 2006 une douzaine de milliers d’entreprises, ce qui la place au rang de deuxième parc francilien après Paris.
Le secteur industriel sous les effets dévastateurs de la crise économique disparaît peu à peu.
La communauté Musulmane est bien représentée dans la ville, sa principale association, le Centre Culturel et Cultuel Musulman de Boulogne-Billancourt (CCCMBB) est créée le 13 mars 1981. En 2007, cinq jours avant de quitter la mairie, le maire UMP Jean-Pierre Fourcade délivre le permis de construire un lieu de Culte. Un projet d’un coût total de 4,5 millions d’euros, la construction d’une Mosquée sur les sites désaffectés des usines Renault.
Devant les problèmes de financement rencontrés par les responsables du CCCMBB, l’Arabie Saoudite a apporté une aide, une ingérence dans les affaires françaises d’un état islamique qui exporte un islam particulièrement radical à travers le Monde, le wahhabisme.
Le complexe islamique finalisé est divisé en quatre niveaux pour une surface de 2000m². Le bâtiment mesure treize mètres de haut mais ne possède pas de minaret, abrite trois salles de prière d’une capacité totale de 1 400 personnes, une salle polyvalente, une bibliothèque, des salles de classe pour enseigner la juridiction islamique (fiqh).
La Mosquée est ouverte au public depuis le 1er avril 2011.

-   L'imam Hassen Bounamcha justifie le mariage forcé dans une conférence à la Grande Mosquée   725134MosqueBoulogneMusulmans Allah dans religion
-                        La Grande Mosquée de Boulogne-Billancourt         Jeunes Musulmans à l’étude dans le centre culturel de la Mosquée

Quel Islam est enseigné aux Musulmans dans les salles de cours et quel est le contenu des conférences données dans le lieu de culte ?

On peut s’en faire une idée précise en consultant le site officiel de la Grande Mosquée de « l’Olivier » de Boulogne-Billancourt en constatant que les responsables du CCCMBB invitent régulièrement des prédicateurs fondamentalistes.
On peut par exemple visionner en intégralité une conférence donnée par l’imam de la mosquée d’Aubervilliers Hassen Bounamcha, surnommé « l’ami Hassen », qui explique devant ses Fidèles à Aubervilliers, que la mixité sociale homme/femme est un vice, que la femme occidentale se comporte comme une femme sans honneur. Hassen Bounamcha tient également des propos à caractère homophobe.

-                                                             968184MosqueBoulogneBillancourtHassenBounamcha Aubervilliers
L’imam de la Mosquée d’Aubervilliers Hassen Bounamcha en conférence à la Mosquée de Boulogne-Billancourt : « Tu n’as pas le droit de tomber amoureuse »

Pour s’en faire une idée, un extrait de sa conférence donnée à la Mosquée de Boulogne-Billancourt en gras italique ci-dessous (hard-copy) : (également disponible sur youtube)
« Allah t’as déjà crée ton époux ou ton épouse.[...] La priorité, c’est de satisfaire Allah en passant par la satisfaction de tes parents, si ton père et ta mère disent non, alors tu ne l’épouses pas. « Ah oui ? Mais pourtant, je suis amoureuse ! » Tu as buggé parce que tu es tombée amoureuse avant d’avoir l’agrément d’Allah. Parce que tu n’as pas le droit de tomber amoureuse, l’Amour, il vient avant ou après ?
Une française dit : « Vous les Musulmans, vous les orientaux, souvent, vous épousez des filles que vous ne connaissez même pas. Vous allez au Bled, et vous emmenez une fille de là-bas que vous ne connaissez ni d’Eve, ni d’Adam. » Écoutez ce qu’a dit un ami à moi, un cheikh du Sri Lanka, il lui a dit : « Madame, c’est normal, nous c’est un peu différent de vous. Vous, vous commencez vos couples et vos mariages avec un grand Amour, un big love, mais tous les jours il rétrécit, il rétrécit, il rétrécit, et après il n’y a plus rien !

Alors que nous, on commence avec un tout petit Amour, et tous les jours il grandit, il grandit, il grandit, un big Love ! C’est comme ça les enfants que l’on commence notre vie, avec zéro Amour, avec que la raison. »
[...]
« Elle ne peut plus raisonner car les sentiments ont dépassé la raison. »

[04:11]
Hassen Bounamcha dit l « Ami Hassen », imam d’Aubervilliers en conférence à la Grande Mosquée de Boulogne-Billancourt – « le mariage en Islam » dernière partie

Pour l’imam Hassen Bounamcha, ce sont les parents qui décident, avec l’agrément d’Allah, qui leurs enfants devront épouser. Un Musulman ou une Musulmane, n’ont pas le droit de tomber amoureux, les sentiments ne doivent pas prévaloir sur la raison, le choix du conjoint n’appartient qu’aux parents.

Sous son air débonnaire, l’imam fixe, en s’appuyant sur la religion, une limite dans l’inconscient collectif des Musulmans qui l’écoutent, une restriction de leur Liberté. Une véritable apologie du mariage forcé et communautaire.
Pour justifier ses propos, Hassen Bounamcha évoque l’échec du mariage à l’occidentale. Les couples occidentaux sont des insouciants, ils tombent amoureux sur un coup de foudre « un big love », puis au fil du temps, leur amour disparaît, alors que dans un couple Musulman, l’Amour inexistant au départ, ne fait que se renforcer.
Une vision binaire, terriblement pauvre, réductrice et archaïque de la vie de couple et de la société.

Ce type de conférence, dictant la négation de la liberté d’aimer, de trouver son conjoint et celui qui lui plaît par soi-même, est-il en accord avec les principes de la République Française de Liberté, Égalité et de Fraternité ? Ne risque-t-il pas d’induire chez les Fidèles Musulmans de Boulogne-Billancourt, des cas de conscience, générant des conflits familiaux, résultant du gouffre séparant la conception de la société islamique de celle de la société occidentale ?

 

Le prédicateur et imam de la Mosquée du Bourget, Nader Abou Anas est également un invité prestigieux reçu à la Mosquée de Boulogne-Billancourt.
Dans l’idéologie islamique de Nader Abou Anas, on peut par exemple apprendre sur son site internet http://dourous.net, que la musique est « la voix de Satan » et que la fête de la Saint-Valentin est une perversion du monde occidental.

-                                                             665474MosqueBoulogneNaderAbouAnas2 Boulogne-Billancourt
L’imam de la Mosquée du Bourget Nader Abou Anas, en conférence à la Grande Mosquée de Boulogne-Billancourt :  « ne suivez pas les Juifs et les Chrétiens dans tout, on a notre identité », « ne vous affligez pas, alors que vous êtes les Supérieurs »

Un extrait de sa conférence donnée à la Mosquée de Boulogne-Billancourt en décembre 2011, « une mise au point ! », également disponible au format mp3 sur son site http://dourous.net (hard-copy)
« D’autres, leur soucis, c’est la musique, matin, midi et soir il n’a que ça, et dès qu’il n’est pas bien, il met de la musique, quand il est bien il met de la musique. Il n’a que ça dans la tête. Il pense, que quand il est mal, la musique le tranquillise. T’as rien compris. La musique, c’est la parole de Satan, comment veux-tu que ça te tranquillise ? »
[13:15]
« Ce qu’il faut faire aujourd’hui c’est garder son identité, appeler les gens à l’Islam et ne pas suivre n’importe qui, on n’est pas perdu, on a un modèle : Allah a dit : « Vous avez en votre Prophète un Parfait exemple à suivre ». Voilà notre modèle, c’est lui, c’est le Prophète. Mais non, aujourd’hui, il veut suivre un tel et un tel pour s’intégrer. Pour être à la page, pour ne pas qu’on dise : « Sérieux, tu ne connais pas ? Mais t’es un débarqué ! Tu viens d’où ? » Alors, pour s’intégrer, il délaisse ses principes et son identité. 24 décembre, va voir ce qu’il fait. Va voir Fatima, Khadidja, Maryam, des filles de notre communauté ce qu’elles ont fait la nuit du 24, va voir. Et va voir le 31 décembre à quoi il va ressembler.
Et regarde quels noms et quels types de personnes seront là-bas. Des Musulmans. Beaucoup de Musulmans. Pourquoi ? Parce qu’ils ne sont pas fiers d’être Musulmans. Pourquoi, parce qu’ils ne connaissent pas leur Religion. Le Prophète nous a alerté il y a plus de 1400 ans : « Vous suivrez certainement les pas de ceux qui vont ont précédés. coudées par coudées, même s’ils entraient dans le trou d’un lézard vous les suivriez. » Ils dirent : « Les Juifs et les Chrétiens, Messager d’Allah ? Et il répondit : « Et qui donc ? ».

C’est une réalité. Un rappel à ne pas suivre les Juifs et les Chrétiens dans tout, on a notre identité. Eux ils ont leur identité, et ils ne nous suivent pas dans nos fêtes, pourquoi est-ce qu’on doit les suivre dans leurs fêtes, pourquoi ? »
[38:40]
« Allah a dit : « Ne vous laissez pas battre, ne vous affligez pas alors que vous êtes les Supérieurs », Allah dit que vous êtes les Supérieurs, pourquoi est-ce que tu te rabaisses ? »
[41:08]

Pour l’imam Nader Abou Anas, fréquenter et fraterniser avec les Juifs et les Chrétiens est incompatible avec les préceptes islamiques. Les Musulmans ne sont pas libres de leurs actes, et ils devront répondre devant Allah leur Créateur pour leur mauvais comportement : ceux qui fêtent Noël ou la Saint-Sylvestre sont à condamner sans réserve, des lâches qui « ne sont pas fiers d’être Musulman ».
Les Musulmans n’ont pas à suivre ces gens là, ils ne doivent pas s’intégrer car ils sont « les Supérieurs », ne pas être influencés parce ceux qui cherchent à les détourner de l’Islam en se perdant dans la musique, la joie, les festivités, des perversions du monde Occidental, interdites dans le dogme islamique.

Pensez-vous que ces prédications sont un appel à l’Humilité, à l’Amour et à la Fraternité entre communautés ? La Grande Mosquée de l’Olivier de Boulogne-Billancourt favorise-t-elle l’intégration de la jeunesse Musulmane dans la société ?

 

Le 9, 16 et 23 décembre 2012, le Frère Sofiane est venu initier les Musulmans de Boulogne-Billancourt au rite malékite par l’apprentissage de la Risâla de Ibn Abû Zayd Al Qayrawana. (hard-copy)
Le malékisme est une des quatre écoles classiques du droit musulman sunnite. Il est fondé sur l’enseignement de l’imam Mālik ibn Anas (711 – 795), théologien et législateur qui vécut à Médine.
Il s’agit d’une doctrine particulièrement radicale, puisque qu’elle contient dans son dogme un système islamique totalitaire complet sur tous les aspects de la vie de la société Musulmane, politique, sociale, législative, économique, et juridique, incompatibles avec les fondements de la République Française, comme on va l’analyser un peu plus loin.
Pour plus d’informations sur le rite malékite, on peut se rapporter par exemple à l’ouvrage de Joachim Véliocas « L’islamisation de la France » – « Le malékisme, l’Islam du Maghreb » (p75-p91)

Ibn Abû Zayd Al Qayrawana (922 – 996) fut un des principaux adeptes et propagateurs de la doctrine malékite. Surnommé « le petit Malik », ses textes fondamentaux figurent officiellement au programme des écoles de pays du Maghreb, par exemple au Maroc (hard-copy), en Égypte (hard-copy), ou en Tunisie (grande Mosquée de Kairouan)

-                   828961MosqueBoulogneRisala2 Bourget  663838larisaladogmeetfiqhmalikitebnabuzaydalqayrawani charia
Enseignement du Malékisme, la Risâla de Ibn Abû Zayd Al Qayrawana, à la Grande Mosquée de Boulogne-Billancourt

Il est tout à fait inquiétant de s’apercevoir que cette doctrine fondamentaliste soit enseignée dans les mosquées françaises.
Pour avoir un aperçu des écrits de la Risâla de Ibn Abû Zayd Al Qayrawana enseigné à la Grande Mosquée de Boulogne-Billancourt, quelques extraits de son ouvrage : « La Risala, un traité de Fiqh malékite », une traduction anglaise disponible sur ce lien. On peut également trouver une copie d’écran d’une page de l’ouvrage en français sur le site de l’observatoire de l’islamisation, que l’on peut emprunter à l’Institut du Monde Arabe.

« Il n’est pas licite de faire couler le sang d’un Musulman sauf s’il commet l’apostasie, s’il commet l’adultère, ou s’il tue une personne sans raison, ou s’il devient hors-la-loi, ou s’il renonce à la Foi. »

« Il n’est pas licite pour un Musulman d’écouter intentionnellement des sons amoraux, ni d’écouter le discours d’une femme illicite, ni de participer à des amusement ou écouter des chansons. »

ADULTÈRE
Si un musulman marié commet l’adultère ou la fornication, il doit être lapidé jusqu’à la mort.

HOMOSEXUALITÉ
Si un homme commet un acte de sodomie avec un autre adulte consentant, alors les deux doivent être lapidés jusqu’à la mort, qu’ils soient mariés ou non.

LE JIHAD : SA SIGNIFICATION
Il s’agit d’un terme technique destiné aux Musulmans leur demandant de combattre les Infidèles qui n’ont pas l’intention d’élever le nom d’Allah ou de présenter l’Islam.

Les obligations du Jihad :
1) quand le chef recommande une direction particulière au combat, il faut lui obéir.
2) Ghulul doit être abandonné : cela signifie s’emparer du butin avant qu’il ne soit divisé
3) l’Infidèle doit pouvoir bénéficier d’un passe-droit, s’il est détenteur de ce passe-droit, il n’est plus permis de le tuer sans raison
4) Il ne faut jamais fuir quand nos chance de vaincre sont à deux contre un. Il faut garder une position ferme

Le Jihad est divisé en deux catégories :
L’obligation individuelle et l’obligation générale.
Quand il devient nécessaire de l’appliquer, il ne peut être opposé. L’obligation de faire de Jihad est vrai également pour ceux qui d’habitude ne peuvent combattre, comme les femmes, les esclaves et les enfants, si l’endroit où ils habitent est soudainement attaqué.

Comment et quand le Jihad devient obligatoire
Le Jihad est une obligation qui peut être pris en charge par certaines des personnes pour le compte d’autrui.
Par les mots du Tout-Puissant: « Ces croyants qui ne combattent pas, autres que ceux qui sont contraints par nécessité, ne sont pas les mêmes que ceux qui font le Jihad dans le sentier d’Allah « (4:95)
Allah a promis à ces personnes le Jardin (paradis).

Inviter les gens à l’Islam d’abord
Et il est préférable, selon nous, de ne pas combattre l’ennemi avant de l’avoir invité à embrasser l’Islam, sauf s’ils attaquent les premiers.
Les malékites préfèrent que chaque groupe soit appelé à abandonner leur incrédulité pour épouser la Shahada dont le contenu n’est pas prescrit.
Durant trois jours, pour convaincre les Infidèles, le Message du Prophète est répété sans interruption sauf si les ennemis attaquent les premiers, il devient alors obligatoire de les combattre.

Offrir le choix entre l’Islam et la Jyzia
Ils doivent soit accepter l’Islam, soit payer la Jyzia (taxe sur les non-musulmans), sinon, ils doivent être combattus.
Le texte explique que le choix est proposé en même temps, S’ils acceptent une des deux propositions, les charges contre eux sont abandonnées. Si ils les refusent, ils doivent être combattus. Al-Jawhar suggère que l’appel à l’Islam est proposé en premier, s’ils refusent, la proposition de  la Jyzia est proposée en second, s’ils refusent, alors ils doivent être combattus. Tout cela, s’il y a un délai de temps suffisant, et s’ils n’attaquent pas les premiers, ils doivent alors être combattus sans conditions.

Où la Jyzia est acceptable
La Jyzia n’est accceptable que dans les territoires soumis à nos Lois. La juridiction ne doit être imposée que si les ennemis sont sur notre territoire.
S’ils ne l’acceptent pas, ils doivent être combattus.
Umar nous dit que cette précondition n’est valable que pour les peuples puissants. Pour les peuples qui veulent une trêve, la Jyzia doit leur être imposée où qu’ils se trouvent, afin qu’ils achètent leur Paix pour eux et leur pays.

Fuir l’ennemi n’est pas autorisé
Fuir l’ennemi est une erreur majeure si leur nombre est moins du double des Musulmans.

La lapidation, le meurtre des personnes commettant l’adultère et des apostats, le Jihad, la Guerre Sainte contre les Infidèles, font intégralement partie de cette législation islamique, bien entendu, en infraction totale avec les concepts de la société occidentale.
La doctrine malékite de Ibn Abû Zayd Al Qayrawana, servant de référence au prêcheur Sofiane, et censée prendre sa source de la Sunna (comportement) du Prophète Mohamed, guide et modèle de tous les Musulmans, ne risque-t-elle pas d’induire des comportements et des actes dangereux et interdits par la législation française, pour les plus fragiles d’entre eux ?

-                                                                           588029MosqueBoulogneBillancourtJeanPierreFourcademaireUMP chrétiens

« J’avais approuvé un projet d’immeuble pour accueillir la communauté Musulmane quand j’étais maire, le principe, c’est que la commune met à disposition le terrain contre un loyer symbolique. Reste le problème du financement. »
Jean-Pierre Fourcade, ex-maire UMP de Boulogne-Billancourt, en septembre 2009, (a délivré le permis de construire de la Grande Mosquée de Boulogne-Billancourt)

3 février, 2013

Comprendre l’offensive halal avec les responsables de la Grande Mosquée de Clermont-Ferrand

Classé dans : Politique,religion — islamineurope @ 14 h 37 min

Clermont-Ferrand est une ville d’environ 140 000 habitants, dans le département du Puy-de-Dôme, située au coeur de l’Auvergne, en plein centre de la France.
La banlieue de Clermont a connu une forte immigration Musulmane initiée dans les années 1970.
En 1977, à la recherche d’un lieu pour pratiquer son culte, la communauté Musulmane de Clermont-Ferrand avait occupé une chapelle Chrétienne, mise à disposition à titre gracieux par la congrégation des sœurs de Saint-Joseph de la ville. La chapelle sera restituée en 2011, après que la communauté ait obtenue la construction d’une vraie Mosquée.

C’est en 1999 que la principale association Musulmane de la ville acquiert un terrain et ses propriétés bâties. En 2000, un permis de construire est délivré par la municipalité dirigée par le maire socialiste Serge Godard, et en 2003, c’est la pose de la première pierre.
L’édifice religieux comprend la Grande Mosquée et son centre islamique, il s’étend sur une surface de 2 700 m2, est constitué d’un dôme de 13 mètres de hauteur, pour une capacité maximale d’accueil de 1 500 personnes. Le centre islamique sur deux niveaux accueille entre autres une salle de conférence, une médiathèque et une école coranique composée de quatre salles de cours pouvant accueillir 120 élèves.

-        Comprendre l'offensive halal avec les responsables de la Grande Mosquée de Clermont-Ferrand dans Politique 542263MosqueClermontprojet      235588MosqueClermontFerrand Auvergne dans religion
La maquette du projet de la Grande Mosquée de Clermont-Ferrand                 Musulmans en prière dans la Mosquée

Le financement provient en grande partie de Dons de Fidèles mais aussi de puissances étrangères : 9% (106 000 euros) des 4 000 000 euros du projet proviennent de l’État algérien.
Le 29 janvier 2010, la Grande Mosquée de Clermont-Ferrand est inaugurée en présence de Mohamed Moussaoui, président du CFCM, du recteur de la grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, du maire de la ville Serge Godard et du ministre de l’Intérieur et des Cultes à l’époque, Brice Hortefeux (UMP).

Le site internet officiel de la Mosquée de Clermont nous permet de parfaire nos connaissances de la religion de « Paix et Tolérance », mieux appréhender l’Islam, en analysant par exemple le concept théologique du halal, la consommation de nourriture saine par les Musulmans. Les explications sont données dans l’article « le halal : un peu de théologie » sur le site officiel de la Mosquée, quelques extraits de l’article en gras italique ci-dessous (hard-copy 1) (hard-copy 2) :

« Le Halal englobe, bien au-delà des règles d’ordre culinaire, l’ensemble de nos actes et comportements. C’est une éthique, une traduction dans la vie courante, de son obéissance et de son adhésion aux commandements divins. Il s’agit de manger, de boire, de se vêtir mais aussi de travailler, de se marier comme de produire conformément aux lois de Dieu.  Ainsi, il convient de s’interroger, avant de manger un aliment, s’il est halal en soi mais aussi, si les moyens et les conditions de son acquisition, de sa production voire de sa distribution, sont également licites. »

« L’étude des versets Coraniques relatifs aux nourritures prescrites ou interdites se résume essentiellement à l’injonction suivante : « Mangez Halal et Tayyib », souvent traduite par, « Mangez licite et pur. »

textes de référence
« le Coran et les Hadiths (dires du Prophète Mohammed, Paix et Salutations de Dieu sur Lui)   « Oh Gens ! De ce qui est sur terre, mangez le licite (halal), le pur, et ne suivez point les pas de Satan; il est vraiment, pour vous, un ennemi déclaré ». (Coran 2/168)   « La recherche du licite (halal)  est une obligation pour chaque Musulman ». Hadith (Rapporté par Tabarany).« 

« L’impératif de manger Halal est un impératif Coranique. C’est une prescription claire et explicite qui ne saurait supporter la moindre ambiguïté. »

« Et ne mangez pas ce sur quoi le nom de Dieu n’a pas été mentionné, car ce serait perversité, assurément. Oui, les diables inspirent à leurs amis de disputer avec vous. Si vous obéissez à ceux-ci, vraiment, vous êtes des faiseurs de dieux ».
Coran 6:121

« Dans ce qui m’a été révélé, je ne trouve d’interdit, pour le mangeur qui le mangerait, que la bête morte, ou le sang qu’on a fait couler, ou la chair de porc, car c’est une souillure ou une perversité, quand quelque chose autre que Dieu y a été mentionné ».
Coran 6:145

« Et quiconque dont la chair croîtra à l’aide d’une chose illicite, alors le feu aura priorité sur lui »
(Tabarany)

«On récitait ce verset près de l’Envoyé de Dieu (Paix et salut de Dieu sur lui) : »Ho Gens! Mangez de ce qui sur la terre est licite et pur (Coran 2:167). Saad Ibn Abi Waqqas se leva et dit: « O Envoyé de DIEU ! Invoque DIEU pour qu’il me rende quelqu’un dont les invocations  (Du’a) sont exaucées ». Le Prophète (Paix et salut de Dieu sur lui) répondit: « Ô Saad, nourris-toi de choses pures (et licites), tu deviendras quelqu’un dont les prières seront exaucées ».

On voit que les théologiens de la Grande Mosquée de Clermont-Ferrand défendent l’application stricte des principes fondamentaux de la Civilisation Islamique en séparant le Monde en deux : Musulmans/non-Musulmans, Halal/Haram, purs/impurs, licite/illicite. Manger la nourriture halal, « licite et pure » est une obligation pour tous les Musulmans. Les impurs, qui ne mangent pas Halal, « suivent les pas de Satan » et « le feu aura priorité sur eux ».
Le Halal va bien au-delà de la simple nourriture, il en va des actes et du comportement des Musulmans, une adhésion totale aux commandements divins. Tout ce qui est islamique est « pur », tout ce qui est non-islamique est « impur »

Il est logique du point de vue de la théologie islamique que la « pureté » doit prévaloir sur « l’impureté », et que tous les moyens de propagande doivent être utilisés pour atteindre cet objectif.
On peut trouver sur le site de la Mosquée, une vidéo de propagande d’un évangéliste américain pour démontrer que les Chrétiens sont dans l’erreur en mangeant de la viande de porc, impure dans le monde Musulman. (hard-copy).

-                                                    375270MosqueClermontpropagandecontreleporc Brice Hortefeux
-      diffusion de propagande contre la viande de porc sur le site de la Grande Mosquée de Clermont-Ferrand

Devant la forte immigration musulmane subie par la France ces trente dernières années, amenant inévitablement l’Islam et ses concepts, la Liberté de conscience religieuse permet à de plus en plus de français ou d’étrangers Musulmans de croire qu’il existe sur Terre des êtres humains « purs » et « impurs ».
Lorsque cette idéologie s’infiltre jusqu’à remettre en cause les institutions républicaines, laïques et Chrétienne de l’Occident, cela ne va pas sans provoquer des tensions, un choc des cultures et des civilisations.
L’importation de l’offensive Halal déroute complètement nos institutions et leurs responsables qui ne savent pas comment réagir par méconnaissance de l’Islam et surtout parce que la conception du Halal/Haram est totalement méconnue de la Civilisation Occidentale, qui plonge profondément ses racines dans son identité Chrétienne, il n’y a pas de reconnaissance de la notion de « pur » et « d’impur ».
On peut par exemple se référer aux textes de Paul dans la Bible, dans le chapitre consacré à la viande sacrifiée aux idoles :
« Ce n’est pas un aliment qui nous rapproche de Dieu: si nous en mangeons, nous n’avons rien de plus; si nous n’en mangeons pas, nous n’avons rien de moins. »
La Bible – Corinthiens I 8:8
De cela, découle la devise même de la République Française : Liberté, ÉGALITÉ, Fraternité, tous les citoyens sont égaux entre eux, il n’y a pas de citoyens « purs » ou »impurs ».

Des tentatives pour intégrer et valider le concept du halal au sein des institutions françaises sont exercées de diverses manières.
En août 2011, le site de la Mosquée de Clermont nous relate que huit élus locaux Musulmans ont demandé la création d’une commission d’enquête parlementaire pour faire toute la lumière sur le marché du halal dont certaines pratiques commerciales peuvent s’apparenter à de l’escroquerie publique, faute d’une législation claire et précise.

Le but avoué de ces élus Musulmans étant de légiférer sur le halal, comme dans les États Islamiques, afin de déterminer précisément ce qui est ‘pur’ et ce qui est ‘impur’. L’État français n’a évidemment pas à interférer avec le fait religieux, et cela ne doit pas être de ses compétences, le Loi de 1905 séparant le Culte de l’État (sécularisme).

Beaucoup plus inquiétant, les pressions et le harcèlement exercés par des familles Musulmanes, avec l’appui de certaines autorités religieuses islamiques, ont pour conséquence la pénétration de l’idéologie du halal dans certaines cantines scolaires françaises, allant parfois jusqu’à séparer les élèves à l’heure du repas, les Musulmans (« purs ») d’un côté, les non-Musulmans (« impurs ») de l’autre, comme dans certains établissements laïcs et républicains de la banlieue lyonnaise. Les futurs citoyens français sont formés dès le plus jeune âge dans les écoles à se différencier entre « purs » et ‘impurs ».
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
-                                                                        Les cantines scolaires de Lyon et de sa banlieue sous l’offensive halal

Image de prévisualisation YouTube
Le porc, viande impure et sale dans le dogme islamique, toute évocation du cochon est parfois interdite dans des écoles françaises pour enfants.

On a vu plus haut dans l’article de la Mosquée de Clermont que le concept du halal ne se limite pas au seul périmètre de la nourriture. Tout ce qui est islamique est « pur » et ne doit pas être souillé.
Ce qui interdit évidemment toute critique de l’Islam, immédiatement cataloguée comme une souillure, une insulte contre tous les Fidèles, et donc condamnable. Ci-dessous, la réaction d’un responsable des instances religieuses de la Mosquée de Clermont, Karim Djermani, face aux caricatures du Prophète Mohamed publiées dans le magazine satyrique Charlie Hebdo :

-                                                                      644712MosqueClermontKarimDjermani cantines scolaires
« La Liberté de presse est garantie, mais dans le respect, pas dans l’insulte, pas dans la provocation, pas dans la manipulation. Vous acceptez que mes convictions religieuses, ce que j’ai de plus sacré, soit comme ça, foulées aux pieds, insultées. Lorsque vous insultez le Prophète, vous m’insultez. »
Karim Djermani, président de l’Institut Musulman d’Auvergne (IMA) et secrétaire général de la Grande Mosquée de Clermont, interviewé pour France 3 – Auvergne (hard-copy)

Cela passe également par de la propagande politique, toute critique de l’Islam est considérée comme une menace pour les Musulmans, en particulier après les déclarations de Marine Le Pen, dirigeante du Front National, sur la viande halal et les prières de rue. Réaction de Karim Djermani :
« Madame Chabot, Monsieur Drucker a raison. En recevant Marine Le Pen sur votre plateau, à une heure de grande écoute, c’est la démocratie que vous empoisonnez à coup d’audimat, c’est la république que vous assassinez. Demain, sur l’autel de l’audimat à tout prix, sa dépouille sera livrée aux barbares pour un viol macabre. »
article « La peste qui vient » de Karim Djermani, secrétaire général de la Grande Mosquée de Clermont-Ferrand et président de l’Institut Musulman d’Auvergne (IMA). (hard-copy)

Dans le Dogme islamique, cette séparation du Monde en deux, la communauté musulmane (oumma) d’une part, et les non-musulmans d’autre part, n’est pas sans impact sur les relations sociales entre communautés dans l’agglomération.
Les rapports entre jeunes et forces de l’ordre sont tendus et ultra-sensibles, la police a le devoir de ne pas brusquer les jeunes des quartiers à risque, la moindre altercation pouvant dégénérer en émeute.
Le 31 décembre 2011, lors de la nuit de la Saint-Sylvestre, une voiture de police est caillassée dans le quartier de la Gauthière à Clermont-Ferrand.
L’auteur du jet de pierres, Wissam El Yamni, 30 ans est poursuivi, puis arrêté. Les versions divergent ensuite sur ce qui s’est réellement passé lors de cette arrestation qui s’est soldée par la mort du jeune homme après arrêt cardiaque et neuf jours de coma à l’hôpital. L’enquête révélera qu’au moment de son arrestation, Wissam était dans un état très excité, sous l’emprise de cocaïne, du cannabis et de l’alcool.
Sans connaître précisément les conditions d’arrestation du jeune Musulman et les causes du drame, des jeunes ont embrasé plusieurs quartiers de la ville, provocant l’incendie de plus d’une cinquantaine de voitures, et mobilisant 420 policiers sur place pendant quelques jours.
La Communauté Musulmane a fait bloc derrière Wissam contre les instances républicaines et contre la police, en manifestant sous le cri de ralliement au Jihad islamique, « ALLAH OUAKBAR ! », la Guerre Sainte contre les Infidèles.
Image de prévisualisation YouTube
-                                                              Clermont-Ferrand sous la pression Musulmane : « ALLAH OUAKBAR ! » le 14 janvier 2012

 

-                                                                                739065SergeGodardmairesocialistedeClermontFerrand caricatures
SalamNews : « Concrètement, quelles sont vos relations avec les musulmans de la ville ? »
Serge Godard : « Les élus de la ville participent activement aux festivités organisées par les associations culturelles, en soutenant leur action par le prêt de salles municipales notamment. Par ailleurs, le conseil municipal a décidé l’achat d’un terrain situé sur la zone d’activités des Gravanches pour le mettre à la disposition du Conseil régional du culte musulman (CRCM) d’Auvergne, par convention d’usage, afin que celui-ci puisse y établir un site temporaire d’abattage rituel durant l’Aïd. »
Serge Godard, maire socialiste de Clermont-Ferrand, interrogé par Nadia Moulaï le 3 Mai 2010 pour SalamNews

 

 

210486MosqueClermontBriceHortefeux Charlie Hebdo   983297MosqueClermontBriceHortefeux2 chrétiens

« Ma présence ici, en tant que ministre de l’Intérieur chargé des cultes, est le témoignage de la volonté de dialogue qui unit la République aux musulmans de France », [...] « cette Mosquée est la marque d’un islam de paix, modéré, loin des discours radicaux qui peuvent empoisonner la vie des musulmans de France »
inauguration de la Mosquée de Clermont-Ferrand par Brice Hortefeux (UMP), ex-Ministre de l’Intérieur et des Cultes, le 29 janvier 2010

Notre si belle et si chère ... |
Allant-Vert |
rollendeau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Atmane MAZOUZ
| LANCER DJIBOUTI A SON DESTIN
| presidentomarelbechir