24 avril, 2011

Conception de l’Etat Fasciste Islamique par Tariq Ramadan sur le site de la Mosquée de Haguenau

Classé dans : Politique,religion — islamineurope @ 20 h 34 min

En 1984, l’association culturelle islamique « ElFath » de Haguenau (4ème ville d’Alsace avec plus de 35.000 habitants), est officiellement reconnue. Elle possède son statut, ainsi qu’un conseil d’administration complet. En 1986, l’Education : grand desideratum, devient une priorité pour l’association.
Le maire autorise la construction de la mosquée de Haguenau dont le coût s’éleve à 1 200 000 €. Un terrain d’environ 40 ares  a été mis à disposition par la municipalité de la ville rue Ettore Bugatti, par l’intermédiaire d’un bail emphytéotique de 50 ans avec un loyer annuel de 830 € bloqué pour une durée de 10 ans. L’aménagement des locaux permet la création de salles de classes et ouvre la porte aux leçons d’arabe, à l’enseignement du Coran et aux cours d’éducation islamique.

Conception de l'Etat Fasciste Islamique par Tariq Ramadan sur le site de la Mosquée de Haguenau dans Politique mosquehaguenau2

Mosquée de Haguenau

Tariq Ramadan est un prédicateur très médiatisé, professeur d’islamologie à Oxford, il fut conseiller de Tony Blair, et est régulièrement invité dans les grandes Mosquées de France, sur les plateaux télévisés des chaînes nationales françaises et de Suisse, où il est  résident, et suivi par la Communauté Musulmane. Il a un site personnel, et a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages, son influence est considérable sur la Communauté Musulmane Française, ses écrits, sa  pensée, sont repris sur les sites des Mosquées de France ou sur les sites Communautaires Musulmans. Tariq Ramadan est très charismatique, parlant d’une voix suave, très éloquent, voire séducteur. Le discours est toujours très sain,  il se laisse rarement déstabiliser, sauf par exemple ici, face à Nicolas Sarkozy, sur sa position contre l’interdiction du port du voile à l’école. Dans ses Ecrits ou ses prèches devant les fidèles, le discours est tout autre.

Nous allons étudier quelques passages de sa vision de l’islam tirés de son ouvrage « Islam, le face à face des civilisations » (2001), dont on peut trouver quelques extraits repris sur le site de la Mosquée de Haguenau. (hard-copy).

-                                                                                              899673MosqueHaguenauTariqRamadanlefacefacedescivilisations dans religion
-                                                 Couverture du livre de Tariq Ramadan, « Islam, le face à face des civilisations »

« En analysant les société actuelles, certains intellectuels font le reproche de l’excès (sans pouvoir désigner clairement des responsables) : à force de privilégier la rationalité, l’efficacité et le rendement pour plus de progrès, nos sociétés sont au bord du gouffre. Sur le plan économique, on assiste à une course continue à la croissance avec la conséquence d’une incroyable fracture  entre le Nord et le Sud; sur le plan politique, l’idéal démocratique se disloque; sur le plan social, le chômage et l’exclusion sont le lot d’un nombre croissant d’hommes, de femmes et d’adolescents. »
p27-28

L’analyse de Tariq Ramadan est ici remarquable de justesse: face à l’expansion du phénomène technique, les Politiques détruisent brique par brique depuis plus de trente ans maintenant ce qui a fait la France : un Etat fort maître de ses institutions, de son économie, de sa monnaie, de ses frontières.
Aujourd’hui, tout cela a été balayé et n’existe plus, les gouvernements détruisent jour après jour ce que des générations de Français ont mis des Siècles à construire au prix de Révolutions, de Sacrifices de leur vie, jusqu’à l’Esprit Républicain Gaulliste. L’Identité Française même est remise en cause aujourd’hui, (dire aujourd’hui par exemple que la majorité des français sont de culture judéo-chrétienne cimentée pas des racines gréco-latines est assimilé à du racisme) beaucoup ne comprennent même pas d’ou ils viennent et ignorent l’Histoire de leur Civilisation. Tout cela au service du profit, de l’efficacité, dictés par « l’économie de marché » et au détriment du Respect de Valeurs Humanistes, Culturelles, Educatives et Sociales. (suppression de postes d’enseignants,  abandon de l’apprentissage de valeurs fondamentales de respect de l’Autre, Education scolaire progressivement abandonnée, baisse des postes dans les hopitaux, les services sociaux, etc…)

Comment remédier à cette situation ? Changer en totalité notre mode de pensée, adopter les préceptes de Allah et son Prophète Mohammed, telle est la solution trouvée par Tariq Ramadan, développée ci-dessous :

« Il se trouve dans le Coran à peu près 228 versets (sur 6 238) qui traitent de la législation générale (code civil et pénal, droit constitutionnel, relations internationales, ordre économique, etc…) »
(page 36)
« La Révélation traite en effet de toutes les sphères de l’activité humaine : de l’ordre économique, du projet social, de la représentativité politique. »
(page 35)

« De fait, en matière législative, les choses sont claires. Le Droit Islamique, dont on parle tant aujourd’hui, c’est d’abord l’ensemble des règles générales stipulées par le Coran et la Sunna. »
(page 38)

« En nous appuyant sur ces considérations, en tenant compte également de la diversité des pratiques de la consultation dans l’histoire de la civilisation islamique et des réflexions produites par les ulémas (savants), on peut dégager sept principes inhérents à la notion de shûra (délibération) :

1. Le politique doit offrir à la communauté les moyens de la délibération et donc de la participation dans la gestion de ses affaires. Ce sera soit par des élections directes, soit sous le modèle de la représentation : la forme peut dépendre des situations historiques, des habitudes ou des structures sociales existantes.

2. La création d’un « conseil de la shûra (délibération)  » – majlis a’-shûra – s’impose et nécessite de structurer le mode de consultation du peuple qui permettra l’élection des membres de ce conseil. Élections directes, formation de conseils régionaux, ou autres : toutes ces formes sont acceptables dès lors qu’elles permettent la participation et la consultation de la base selon la formule coranique.

3. Les membres du conseil sont choisis en fonction de leurs compétences selon le rôle spécifique dévolu au conseil. Il paraît évident qu’il faudra y trouver deux types de compétences : d’une part, celles qui sont liées aux connaissances des principes d’orientation islamique reconnus, auxquelles doit s’ajouter la maîtrise des affaires sociales, politiques ou économiques selon les domaines où la réflexion est engagée. Le système de commissions mandatées que l’on trouve dans les parlements aujourd’hui peut légitimement faire l’affaire. C’est à l’intérieur de cette instance ou d’une autre mandatée par elle que doit s’élaborer la pratique de l’ijtihâd dont nous avons déjà parlé et qui fait le lien entre les sources et les réalités concrètes. C’est le rôle de ceux qui sont connus dans la juridiction islamique sous le nom de « gens qui lient et qui délient » (ahl al hal wal-’akd). Impossible aujourd’hui de laisser cette fonction aux seuls théologiens ; les sciences sociales, politiques, économiques ou encore médicales et expérimentales ont atteint un tel degré de complexité qu’il ne peut s’agir de traiter les questions juridiques et éthiques qui y sont relatives sans concertation avec les spécialistes de ces domaines.

4. Le choix du responsable de la nation (le président ou l’imâm – celui qui se place devant -) peut être délégué au Conseil de la shûra (ou aux conseils régionaux, s’il en est) mais il peut également être le fait de la population. Encore une fois, le principe de choix du peuple est inaliénable en islam ; la forme que prendra sa réalisation peut dépendre d’un grand nombre de facteurs historiques, géographiques et même culturels. L’idée d’un mandat à durée déterminée ne contrevient pas aux enseignements islamiques.

5. Le président de la nation est donc choisi par la communauté (hommes et femmes doivent avoir le droit de participer à ce choix). Comme n’importe quel président lié par la constitution de son pays, il se doit de respecter les principes de références islamiques et en cela, il en est le garant devant le Conseil de la shûra (et devant le peuple) à qui il doit rendre compte de sa politique générale et de celle de ses ministres. C’est très exactement ce que faisait Abou Bakr et Omar, et c’est bien en ce sens que s’articulent, dans les sociétés modernes, les instances exécutives et législatives.

6. La séparation des pouvoirs est l’un des principes fondamentaux de l’organisation de la cité et il a été respecté dès l’arrivée de Abou Bakr au califat. Les juges (coudâ’, pluriel de câdi) devaient exercer leur fonction de façon autonome et selon le principe de l’égalité de tous devant la loi. Omar, en ce sens, avait adressé des recommandations très fermes à un juge de l’une de ses provinces qui sont d’ailleurs restées célèbres.

7. La population, dès lors que les principes d’élection ont été respectés, fait acte d’allégeance (bay’a) à celui que la majorité a choisi. Cette allégeance suppose des conditions et ne peut être le fait d’une soumission aveugle. Elle exige une conscience critique de la part du peuple à l’égard de celui qui a la responsabilité de gérer ses affaires : cette participation critique, pour l’islam, est l’un des devoirs fondamentaux du citoyen. Une tradition rapporte : « Le musulman doit écouter et obéir pour ce qu’il aime et pour ce qu’il déteste sauf s’il s’agit d’une désobéissance (aux principes du Créateur) : si on lui impose une telle désobéissance, alors il n’y a plus d’écoute, ni d’obéissance ». Un président, un roi, qui répandrait l’injustice, le déni de droit et la corruption ne peut recevoir d’allégeance : il trahit le message qu’il dit défendre. La population doit user de tous les moyens légaux pour en changer. »
(page 97-99)

L’islam pour Tariq Ramadan est un système politique, administratif, économique, juridique et législatif complet crée PAR des Musulmans, POUR des Musulmans et doit régir la vie de la Communauté Musulmane dans tous les domaines. Cette structure complète se doit d’être hiérarchisée avec un conseil de la shûra (délibération), un président qui se doit de respecter les principes de références islamiques édictés par le Coran et la Sunna. Bref, Une Nation Islamique, bien loin de l’image de l’Islam Spirituel que veut nous donner Tariq Ramadan lorsqu’il parle de l’Islam dans les médias.
Tariq Ramadan nous suggère ici la mise en place d’une idéologie totalitaire, puisqu’elle admet sans discussion un système centré sur le Coran et la Sunna comme un Principe Fondamental du Dogme Religieux de la Communauté Musulmane doit s’appliquer à TOUT l’Etat, le système législatif et juridique complet reposant sur les textes Coraniques, les Hadiths, la Sunna.
Ce Système est fascisant car il érige en Lois des Principes qui n’ont pas de Caractères à portée Universelle Propre et Spécifique à l’Homme, à sa Liberté de Conscience, de Parole, de Pensée en tant qu’Etre Humain et Individu. Ce système complet dépend de ce qui est formulé et interprété dans les versets du Coran et des Hadiths par les juristes, qui à partir des Ecrits formulent des Lois, une Jurisprudence. On peut trouver dans ces Ecrits pouvant servir de base aux textes de Lois, par exemple (que Tariq Ramadan passe sous silence dans son livre):
- l’interdiction de manger du porc et de boire de l’alcool
- l’obligation de manger de la viande Halal
- l’obligation de faire le Ramadan
- l’homme domine la femme (pour Tariq Ramadan, si elle est désobéissante, on peut la frapper avec une « branchette du Siwak » p331-332 du livre, question : et si on n’a pas de « branchette du Siwak » à portée de main, on frappe avec quoi ?)
- l’obligation de porter le voile (obligatoire, mais sans « contraindre » la femme à le porter ?? page 250 de l’ouvrage)
- non mixité homme/femme (clairement défendue ici par Tariq Ramadan dans un prèche dans une Mosquée)

– l’autorisation de mariages avec des filles pré-pubères
- la possession d’esclaves
- la polygamie
- la condamnation de l’apostasie et de l’adultère (quitter l’Islam ou commettre l’adultère est passible de la peine de mort, d’après le site de la Mosquée Haguenau (hard-copy)
- l’extermination des Homosexuels (décrit par exemple dans l’ouvrage « le licite et l’illicite en Islam » de Yousuf Al-Qaradawi, auteur cité plusieurs fois par Tariq Ramadan dans son ouvrage)

Il est fasciste car il impose ses Principes à TOUS les citoyens de l’Etat y compris ceux n’appartenant pas à la Communauté Musulmane. Pour un citoyen non-musulman vivant dans cet Etat islamique, quelles Lois lui sont appliquées ? Doit-il être jugé selon la sharia (le Chemin), les Lois de l’Islam, un Dogme, un Dieu et des Croyances Religieuses auxquels il ne croit pas ? Y-a-t-il égalité de traitement entre Musulmans et non-Musulmans ? Par exemple, sachant que l’alcool et le porc sont interdits en Islam, y aurait-il des « dérogations » pour les non-musulmans ? Seraient-ils parqués à part pour éviter qu’ils n’incitent à la consommation d’alcool ou pour éviter de cuisiner le porc (haram) au contact de viande Halal ? Ou le porc et l’alcool seraient tout simplement interdit sur le territoire islamique, discrimant ainsi tous les non-musulmans ? Durant le Ramadan, est-ce que les non-musulmans ont le droit de manger ? Si oui, cela ne risquerait-il pas d’offenser les Musulmans ? Les femmes non-musulmanes peuvent-elles se promener en jupes ?

Une partie de la réponse peut être formulée si on regarde les modèles évoqués par Tariq Ramadan pour créer son Etat Islamique. Tariq Ramadan cite plusieurs fois dans ses propos comme référence les califes Omar et Abou Bakr, les fondateurs de la législation coranique au VIII Siècle, comme modèle référent pour la mise en place de son système islamique.
Le Calife Omar est le fondateur du « Pacte d’Omar » en 717, il a forgé le concept de « dhimmitude » (al-dhimma), c’est-à-dire un statut qui spécifie que les non-musulmans ont le droit de vivre dans une société islamique à condition de se soumettre à l’autorité Musulmane, ils n’ont pas les mêmes droits, doivent payer un impôt islamique spécial aux Musulmans (Jizya), ne peuvent construire de nouveaux lieux de Culte,  épouser une musulmane, critiquer le Coran, etc…bref, des sous-citoyens. Le statut de dhimmi a été appliqué dans tous les pays Musulmans au cours de l’Histoire, le fruit de l’héritage de ce statut subsiste encore aujourd’hui dans les minorités religieuses en Turquie, Algérie, Egypte, etc…
ou par exemple, l’interdiction de construire des lieux de Culte non-musulmans ou d’occuper des postes à responsabilité dans l’armée ou dans la justice est toujours en vigueur.

pactumar

Manuscrit anglais : Juifs capturés soumis à la dhimmitude

Tariq Ramadan décrit le statut de dhimmi dans son ouvrage, page 118 :
« on appelle les citoyens n’étant pas de confession musulmane les « ahl dhimma » ou « al mû ahidun », « ceux qui ont passé un contrat », ce contrat est clairement un contrat de protection des personnes et de leur droit fondamentaux. L’Etat s’engage à leur offrir toutes les conditions qui leur permettent de vivre sereinement. lIs ne sont pas soumis à l’impôt social purificateur(zakat) qui est le troisième pillier de l’Islam, ni au service militaire: en échange de cette protection, ils sont tenus de payer un impôt, la « jazya », qui est l’équivalent d’une taxe militaire. »

Cet Etat Islamique est incompatible et entre en conflit avec l’insertion, l’intégration des citoyens dans le modèle républicain, qui considère les Hommes et les Femmes égaux entre eux, en dehors de toute considération religieuse ou ethnique.
L’Islam de Tariq Ramadan et des responsables de la Mosquée de Haguenau est un véritable système concurrent au Droit Républicain, de ses valeurs démocratiques, laïques, de Liberté, Egalité, Fraternité.
Est-il dans l’intêret de la République Française de laisser proliférer une « Religion », un système susceptible d’engendrer des pressions, des revendications politiques militantes au fur et à mesure qu’il s’étend ? On est également en droit de s’inquiéter : quel type d’enseignement est proféré aux jeunes Musulmans fréquentant les cours d’Islam de la Mosquée de Haguenau ?

La TAQQIYA : Le mensonge et la dissimulation autorisés en Islam pour cacher ses véritables intentions :

                                                        tariqramadandrjeckyll
« Il faut appliquer la laïcité telle qu’elle est [...], elle permet au nom de la séparation de l’Eglise et de l’Etat à chacun de vivre sa Religion. Il faudrait se rendre compte que les Musulmans n’ont besoin que de cela, l’application de la Loi, c’est ce qui nous permettrait de vivre en bonne intelligence.»
Tariq Ramadan, 30/01/2011 Youtube

 -                                                  tariqramadandrhyde
« Dans le domaine politique, comme c’est le cas pour la sphère sociale ou économique, il existe aussi un cadre de référence islamique défini par le Coran et la Sunna qui correspond à peu de choses près au statut de la loi fondamentale, la Constitution, (en ce qu’elle va permettre sa formulation) vis à vis des législations nationales. [...] Ce cadre est d’origine Divine et les directives qui y sont liées sont intangible.»
Tariq Ramadan, « Islam, le face à face des civilisations » p93

22 avril, 2011

Conférence à la Grande Mosquée Ennour de Gennevilliers: la Femme Musulmane doit rester à la maison, se préserver et se consacrer à Dieu et à son mari

Classé dans : Politique,religion — islamineurope @ 23 h 16 min

La nouvelle Mosquée Ennour de Gennevilliers a ouvert ses portes le 10 octobre 2009 en présence du préfet du département. La mosquée dispose de deux tours, d’un revêtement spécial sur mesure posé sur les 1.400 m2 dédiés à l’accueil de plus de 2.000 fidèles, l’espace femmes se situant à l’étage. Cette première phase d’un chantier bien plus vaste et ambitieux aura également coûté quelque 2.5 millions d’euros. La seconde partie du chantier, qui comprend la réalisation, à l’avant de la mosquée, d’une partie culturelle avec cours de classe, bibliothèque et salles de conférence nécessite encore plus d’un million d’euros d’investissement.

Conférence à la Grande Mosquée Ennour de Gennevilliers: la Femme Musulmane doit rester à la maison, se préserver et  se consacrer à Dieu et à son mari dans Politique mosquegennevilliers

Mosquée de Gennevilliers Ennour et ses deux tours.

Le 20/03/2011, une conférence sur la « pudeur, une branche de la Foi » est donnée par le Cheikh Abdelali Mamoun dans la Mosquée dont l’intégralité est disponible au format mp3 sur le site de la Mosquée, dont voici quelques extraits (hard-copy) :

« En plus de la pudeur de Dieu, il faut manifester de la pudeur à l’égard des gens qui nous entourent, car ceci est indissociable, car si j’ai honte de Dieu, j’ai honte des gens. Donc, je ne me promène pas dans la rue à moitié nu, en short par exemple, ou je vais aller à la piscine, le prophète nous a recommandé de faire de la natation. Si je sacrifie la pudeur pour faire de la natation, ce n’est plus de la natation, c’est de la perversion, car aujourd’hui on sait que dans les piscines municipales, on n’a pas la possibilité d’avoir des piscines reservées aux hommes on l’on porte des pantalons jusqu’aux genoux, on est obligé de porter un maillot de bain, et on est obligé de se baigner dans un bassin ou il y a d’autres femmes, qui sont elles aussi dans la même tenue que nous. Donc la natation c’est bien, mais si c’est au détriment de la pudeur, j’en ai pas besoin, et j’ai un devoir de transmettre ça à mes enfants.
[...]
Des filles me posent des questions sur mon site Facebook: « Est-ce que j’ai le droit de me maquiller et de sortir ? » Je lui dis, pourquoi tu veux te maquiller ? Elle dit « c’est pour moi-même. » Donc ça veut dire que tu te promènes dans la rue avec un miroir, pour te regarder [...] avec un décolleté, pantalon taille-basse [...] c’est la mode!
« J’ai 20 ans, j’ai rencontré un garçon et je voudrais me marier avec lui. » D’ou as-tu le droit de fréquenter ce garçon et faire des projets de mariage avec lui ? Depuis quand tu fréquentes les garçons pour parler de relations conjuguales avec un homme ? Normalement, c’est ton papa qui va te ramener un garçon, d’abord il le choisit, il passe son filtre, et après on te demande à toi si tu le veux, voilà comment ça se passe. J’ai marié parfois des soeurs avec des Frères qu’elles n’aiment pas. Mais pourquoi elles se sont mariées ? Parce qu’elle a commis l’irreversible, l’adultère, la fornication, elle a été dévergée. Son plan c’est quoi : je vais me marier avec lui, après je divorce, comme ça je suis libre. [,,,] J’ai envie de profiter. Mais de quoi veux-tu profiter , exciter les hommes et les garçons ? [...]
Une femme qui se donne trop facilement n’a aucune valeur, une femme au contraire qui se préserve, qui a de la pudeur a de la valeur. Les gens ils t’utilisent et ils te jettent comme un chiffon. La femme tombe enceinte, et quand il faut passer aux choses sérieuses…Tu m’avais promise le mariage! « ça va pas, moi je veux pas! Tu vas avorter tout de suite, j’en veux pas du gamin! ». La fille pleure. [...]
Pour éviter ces situations, il faut encourager le mariage précoce, qu’est-ce que c’est que ces manières et cette mentalité, ou il faut d’abord finir ses études avant de se marier ? Au contraire, le mari l’accompagne, l’encourage, il va la chercher à la sortie des classes. Mais aujourd’hui, elle ne pense pas au mariage tant qu’elle n’a pas terminé ses études et obtenu son diplôme. Mais qu’est-ce qu’elle va en faire de son diplôme ? Tous les jours, je reçois des coups de fil de femmes : « je suis medecin, je suis cadre ». Et alors ? « Alors , je ne peux pas prier, je suis obligée de faire la bise, de serrer la main, de laisser les gamins à la crèche, ils mangent du porc, je ne peux pas porter le foulard », 1000 problèmes dus au fait que la femme a une activité professionnelle. Les conditions ne sont pas respectées pour que la femme travaille. [...]
Une dame m’a appelé, elle m’a dit qu’elle ne pouvait pas prier au travail. Qui t’as dit d’aller travailler ? tu es mariée ? Alors laisse ton mari faire le boulot. Les aides sont suffisantes pour que tu puisses élever ses enfants à la maison. Elle a juste un bénéfice en travaillant de 200 euros par mois en moyenne. Pourquoi ? Pour se lever tôt, passer 2 heures devant la glace, le métro, le RER, le bus, les odeurs, et après au retour à la maison, elle est KO, mais ce n’est pas fini, ile soir en arrivant, il faut qu’elle fasse le ménage, parce qu’elle a laissé la maison sale, le repassage, le lavage, la vaisselle, les commissions, régler les factures, c’est quoi cette vie ? C’est l’émancipation. Alors qu’en restant à la maison, elle se lève tranquillement fait le ménage, se parfume pour accueillir son mari à la fin de la journée et n’a pas à subir les harcèlements sexuels, moral, pour une « carrière » avec 200 euros de plus par mois au travail.
Mais non, elle préfère garder son travail parce que « on ne sait jamais ». Vous savez c’est quoi « on ne sait jamais » ? C’est la peur du divorce, si elle se retrouve seule sans rien. Non seulement elle n’a pas confiance en son mari, mais elle n’a pas confiance en Dieu. [...] La pudeur n’apporte que le bien en se préservant. »

Après avoir clairement condamné la mixité homme/femme dans les piscines municipales, le Cheikh Abdelali Mamoun ne délivre pas une conférence sur la Religion au sens spirituel du terme, mais bien sur des règles sociales strictes que les Musulmanes pratiquantes se doivent d’appliquer au nom de l’Islam. Le Cheikh explique devant son auditoire masculin comment leur femme doivent se comporter. La femme Musulmane se doit d’etre voilée, rester à la maison, faire les tâches ménagères et se consacrer à Dieu et à son mari en profitant si possible des aides et allocations de l’Etat. Le fait d’aller travailler, d’avoir une vie en dehors du tissu familial, de sortir et de se faire belle, de s’émanciper est fortement déconseillé par le Cheikh.

Pensez-vous que ce type de discours encourage l’insertion, l’intégration des Musulmanes dans la société française ? Peut-il justifier une montée du Communautarisme ?
Quelles conséquences ce choc culturel entre la vie de la Femme Musulmane et Occidentale peut-il provoquer ?

Image de prévisualisation YouTube

Beaucoup nous ont dit : « Dieu merci c’est comme au Bled! », je leur ai dit : « maintenant c’est notre Bled,
on est au Bled, notre avenir, l’avenir de nos enfants est ici, il faut qu’on commence à réfléchir ici »
Mohammed Benali, président de l’association de la Mosquée de Gennevilliers

15 avril, 2011

Prèche à la Mosquée Sounna de Besançon : « une femme qui se montre et s’embellit est de la chair humaine, une femme d’un soir pour assouvir le plaisir des loups »

Classé dans : Politique,religion — islamineurope @ 0 h 08 min

Le Centre culturel islamique de Franche-Comté de la salle de prière de Montarmots est né en 1987 sur une initiative d’étudiants musulmans afin de répondre aux besoins cultuels et éducatifs (cours d’arabe…) des musulmans. Il dispose depuis le début des années 2000 d’une mosquée : la mosquée Sunna, dite « mosquée des Algériens », construite sur un terrain cédé par la ville de Besançon comme en témoigne une plaque accolée à l’édifice. La mosquée dispose d’un minaret.

-                                       Prèche à la Mosquée Sounna de Besançon :

-                                                               Mosquée Sounna de Besançon avec son minaret

Youssef Abou Anas, étudiant, imam et prédicateur en région parisienne selon le Coran et la Sunnah authentique a donné un prèche sur le port du voile islamique disponible sur le site de la Mosquée de Besançon (hard-copy), ce prèche est également hébergé sur le site internet de la Grande Mosquée de Lyon que l’on peut écouter en intégralité (hard-copy), quelques extraits :

Image de prévisualisation YouTube

« Pour l’Humanité, la Puissance et le Respect Allah a dit : « Oh enfant d’Adam, nous avons fait descendre sur vous un vêtement pour cacher vos nudités ainsi que les parures, mais le vêtement de la Piété, voilà ce qui est meilleur, c’est un bien dans sa totalité, c’est ce que revêtissent les Croyants et la Croyance afin de craindre Allah, cette Piété qui est un obstacle entre eux et la désobéissance à Allah. Le vêtement de la Femme, est un vêtement qui la préserve, qui préserve sa place grande en Islam, qui lui donne de la Force et de la Puissance. C’est la chasteté et la Pudeur. Une chose qu’il ne faut pas oublier et qui doit être connue de toute personne, c’est que l’obligation pour une femme de se revêtir d’un voile n’est pas quelque chose qui est apparu dans la Religion Musulmane, c’est un ordre qui a été révélé dans les Livres précédents, dans l’Evangile et la Thora. Beaucoup de textes stipulent dans ces Livres qui proviennent d’Allah, ceux qui ne sont pas falsifiés bien sûr, que c’est une obligation de la part d’Allah.
Et sachez que l’exhibitionnisme et le fait de montrer sa nudité et de se dévoiler est un chatiment d’Allah par lequel il punit ses serviteurs, et la preuve, lorsque Allah nous a conté l’Histoire de Adam et d’Eve, lorsqu’ils ont été trompé par le Diable, qui leur a fait croire qu’ils avaient l’autorisation de manger le fruit de cet arbre, et que l’interdiction portait uniquement sur les Anges, ils ont mangé de ce fruit, leur nudité leur devint visible, ils commencèrent tous deux à y attacher des feuilles du Paradis. Les conséquences de ce Péché sont  nombreuses et néfastes, Adam et Eve ont été envoyé sur Terre.

Allah a dit aux femmes : « Et restez dans vos maisons et ne vous exhibez pas comme les exhibitions pendant la période anté-islamique, et ceci car certaines d’entre elles laissaient apparaître une partie de leur cou, que dire alors de nos femmes qui ne laissent pas seulement apparaître leur cou mais bien plus encore ?
Les textes du Coran et de la Sunna qui ordonnent à la Femme de se voiler sont extrêmement nombreux. Allah a dit dans le Coran : « Et ne vous montrez pas, c’est-à-dire ne vous dévoilez pas, comme se dévoilaient les femmes avant l’arrivée de l’Islam. Dis à tes filles, et aux femmes de Croyants de rabattre sur elles un long voile qui recouvre leur corps, leur poitrine, et qu’elles ne montrent pas leur beauté, sauf à leur mari, leur père, leur fils de leur frère »

Allah a dit « Parmi les gens de l’Enfer que je n’ai pas encore vu, deux catégories de personnes, des gens qui auront des fouets comparables à des queues de vache, avec lesquels ils frapperont les gens et les femmes qui sont vêtues et nues, qui sont désobéissantes à Allah, c’est-à-dire qu’elles ne se recouvrent pas d’un voile, et qui ne se contentent pas d’être désobéissantes, elles appellent les autre femmes à désobéir avec elles. Ces femmes vêtues et nues n’entreront pas au Paradis, elles n’en sentiront même pas l’odeur .
[...]
Que veut dire le Prophète par vêtue et nue ? Les femmes pensent que le voile c’est simplement se couvrir la tête. Ceci est faux. Le voile de la femme Musulmane, c’est un voile qui recouvre l’ensemble de son corps. Les femmes vêtues et nues sont :
- les femmes qui s’habillent avec des vêtements courts qui ne couvrent pas l’ensemble de leur corps
- les femmes qui portent des vêtements transparents ou qui ne sont pas opaques
- les femmes qui portent des vêtements serrés qui laissent apparaître les formes de leur corps.
[...]
Nous nous rendons compte de l’utilité de la législation du voile, pour préserver l’intégrité de la femme musulmane, pour la préserver de tous ces loups parmi la gent masculine qui courrent derrière leur désirs et assoiffés par leur tentation. Sur l’apparition de la fornication et de l’adultère dans nos sociétés, il verra qu’une des causes principales est le fait que les femmes sortent dévoilées, maquillées se faisant belles, et les hommes qui n’attendent que cela, à la recherche du sexe opposé afin d’assouvir leur désirs et leurs tentations sans se donner de limites.
[...]
A ceux qui disent que le voile dénigre la femme Musulmane, nous leur disons : quelle est la femme la plus dénigrée ? Est-ce celle qui se voile, qui se préserve, que les hommes n’osent pas approcher en voyant sa pudeur, ou bien la femme qui se montre et s’embellit et est considérée comme de la chair humaine ? Les femmes Musulmanes ne sont pas des femmes d’un soir, ce sont les femmes d’une vie entière. Celui qui veut se marier avec une femme musulmane doit demander sa main a son père ou à son tuteur, pas comme les autre femmes dénuées de toute pudeur et de toute éthique, qui sont les femmes d’un soir et qui assouvissent les plaisirs de ces loups. »

Pour l’imam, une femme ne peut être respectée que si elle porte un voile qui couvre tous son corps, qui masque sa beauté, afin ne pas aiguiser l’appétit des « loups ». Le Paradis lui est interdit et l’Enfer et les coups de fouets lui sont promis si elle ne respecte pas cette Loi Divine. Elle doit rester à la maison, sous la responsabilité de la famille.
Les femmes qui ne portent pas de voile sont dénuées de toute pudeur, des femmes d’un soir qui assouvissent les plaisirs des loups. Cette vision de la femme est totalement incompatible avec l’émancipation de la femme Occidentale.

Les femmes vues par les responsables du site de la Mosquée Sounna de Besançon :

-                                                   laurenceferrari dans religion  femmeparisienne

-                               de la chair humaine, des femmes d’un soir qui assouvissent le plaisir des loups

-                           femmesenhijab2  femmesenhijab

-                                                              des femmes de toute une vie, qui se préservent.

Notre si belle et si chère ... |
Allant-Vert |
rollendeau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Atmane MAZOUZ
| LANCER DJIBOUTI A SON DESTIN
| presidentomarelbechir